Foot - Maradona - L'infirmier de Diego Maradona avait ordre de ne pas le réveiller

·1 min de lecture

L'infirmier de nuit de Diego Maradona, premier membre de son équipe médicale à comparaître lundi devant le Parquet argentin, a contesté avoir abandonné son patient à une lente agonie. Ricardo Almiron, 37 ans, a passé plus de sept heures dans le bureau du procureur de San Isidro, dans la banlieue de Buenos Aires : l'infirmier de nuit de Diego Maradona est soupçonné d'avoir menti en affirmant que l'idole du football dormait et respirait normalement quelques heures avant sa mort, alors que l'autopsie a révélé qu'il était à l'agonie. voir aussi Copa America : l'hommage rendu à Maradona Diego Maradona, qui souffrait de problèmes aux reins, au foie et au coeur, est mort en 2020 d'une crise cardiaque seul dans sa résidence de Tigre, au nord de Buenos Aires, quelques semaines seulement après avoir subi une opération du cerveau pour un caillot de sang. Il avait 60 ans. Six autres membres de l'équipe soignante doivent être entendus L'infirmier « avait reçu l'ordre de ne pas réveiller le patient », mais a néanmoins « eu la sagesse d'effectuer sa tâche » de surveillance, a assuré à sa sortie de ce long interrogatoire son avocat, Franco Chiarelli. « Mon client a toujours traité Maradona comme un patient présentant une complexité psychiatrique, un problème lié à l'abstinence », a ajouté l'avocat devant la presse. Six autres membres de l'équipe soignante de Diego Maradona, dont son médecin personnel et son psychiatre, doivent être à leur tour entendus par le parquet argentin dans le cadre d'une enquête pour « homicide involontaire avec circonstances aggravantes » ouverte par le Parquet de San Isidro. Ce dernier considère en effet que sa mort, le 25 novembre 2020, est le résultat d'une faute professionnelle et d'une négligence de l'équipe médicale.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles