Foot - MLS - Thierry Henry : « Peu importe la solution, on répondra présent »

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

Depuis Montréal, où il est confiné, Thierry Henry se montre philosophe face à la situation actuelle et l'incertitude qui entoure la saison MLS et celle de l'Impact. La première saison de Thierry Henry à la tête de l'Impact de Montréal a été interrompue après cinq matches, quelques jours avant le quart de finale retour de la Ligue des Champions Concacaf (défaite 2-1 à domicile à l'aller). Depuis l'entraîneur français prend son mal en patience au Québec. Mardi, à l'occasion d'une conférence de presse « virtuelle » organisée par la MLS, Henry n'a cessé de répéter que le football était secondaire face au travail des personnes en première ligne (personnels de santé, de la grande distribution, des transports...) même s'il essaie de faire le maximum pour garder ses joueurs impliqués en cas de reprise prochaine (il n'y aura pas de match avant le 8 juin au plus tôt). « Comment se passe votre quotidien à Montréal ?
À jamais, je resterai attaché à cette ville parce que je suis en train de vivre ça ici. Quand tu vois le travail effectué par ceux qui sont en première ligne, tu te sens vraiment petit. Le foot, c'est ma passion, c'est ma vie et j'aimerais que ça reprenne mais il faut rester calme et penser à ce qu'il se passe. Quant à mes journées, je fais de l'exercice après le réveil, je cuisine, je me relaxe, je refais de l'exercice, je regarde parfois des matches puis je cuisine à nouveau pour le dîner... Et j'ai l'impression qu'il faut nettoyer la maison toutes les deux minutes ! D'habitude, on n'est pas autant chez soi mais là, la vaisselle s'accumule vite, le ménage est à faire tout le temps. Au niveau foot, je réfléchis beaucoup aux matches qu'on a joués même s'il n'y en a pas beaucoup. Comment on aurait pu jouer, ce qu'on peut changer, les façons dont on pourrait s'entraîner... J'ai beaucoup de réflexions qui me traversent l'esprit chaque jour. « La santé avant tout. S'il faut attendre encore, on le fera. Il faut respecter les règles » Quel regard portez-vous sur la situation en France ?
Bien sûr, j'essaie de savoir ce qu'il se passe pour la famille là-bas. Tout le monde va bien donc c'est l'important mais c'est un problème mondial. C'est comme si on était un seul pays aujourd'hui peu importe où on se trouve. Donc comme tout le monde, on s'inquiète pour sa famille, on essaie de respecter les règles, de ne pas transmettre ce virus... Quel avait été votre réaction lorsque la saison MLS et la Ligue des Champions de la Concacaf ont été suspendues ?
Quand c'est arrivé, le plus important, c'était l'état de santé de la population dans son ensemble. Le foot devient secondaire. Peu importe le temps que ça va prendre, il faudra serrer les dents comme tout le monde. Je ne me suis pas demandé combien ça allait durer. Je ne me suis pas dit qu'on allait perdre du temps ou qu'on était bien ou pas... La santé avant tout. S'il faut attendre encore, on le fera. Il faut respecter les règles. Comment l'entraîneur que vous êtes vit-il la situation ?
Ce qui est compliqué, c'est de ne pas savoir quand on va revenir sur le terrain. Notre préparateur physique a le plus gros boulot en ce moment. Il envoie des programmes aux joueurs, il a des retours, essaie de savoir si c'est respecté et s'adapte. Celui qui est un compétiteur, il doit s'entraîner et travailler dur. J'ai envoyé quelques vidéos de choses qu'on pourrait faire mieux. J'essaie d'utiliser les outils à disposition pour pouvoir s'améliorer. Mais vu qu'on n'est pas sur le terrain, on ne voit pas si ça provoque des progrès. Donc il faut faire confiance aux joueurs sur le fait qu'ils se tiennent prêts. Une des choses bizarres pour moi, c'est qu'il n'y a aucun match à la télévision. D'habitude, tu en regardes pour voir quelles idées tu peux prendre d'un autre coach. Là, on ne regarde que des vidéos "anciennes". C'est plus facile de bosser avec des images nouvelles parce que là, on parle aux joueurs de choses qu'on a déjà évoquées avec eux. « Un des choses bizarres pour moi, c'est ce qu'il n'y a aucun match à la télévision » La NHL de hockey envisage de regrouper ses équipes sur quatre ou cinq sites et de les faire jouer dans des "bulles", que pensez-vous de cette approche ?
La MLS est en train de travailler dur pour trouver la meilleure formule si on reprend. Le commissioner étudie la meilleure solution et nous, on s'adaptera. La question, ce n'est pas de savoir si moi, mon équipe, mes joueurs sommes d'accord ou pas d'accord. On répondra présent peu importe la solution. La possibilité de jouer à huis clos existe. Avez-vous déjà connu ça ?
Ça ne m'est jamais arrivé, je crois. Je n'en ai pas le souvenir donc je ne sais pas ce que c'est. Si la ligue le décide, on fera ça peu importe la situation, si c'est le mieux ou pas... Comme je l'ai dit, on s'adaptera. Combien de temps de préparation faudra-t-il aux joueurs avant d'être prêts à reprendre la compétition ?
Ça dépendra de ce qu'ils auront fait pendant la période actuelle. S'ils suivent nos consignes, ça sera plus rapide. Quand on reviendra, on procédera à des tests pour savoir. On ne sait pas combien de temps on nous donnera donc il faut se tenir prêt... On espère juste que nos joueurs travaillent dur. »