Foot - Pour Mourad Boudjellal, Toulon reste l' « option numéro 1 » mais pas la seule

L'Equipe.fr
L’Equipe

L'ancien président du Rugby Club de Toulon mène des négociations difficiles pour racheter le club de football local sans abandonner d'autres pistes, dont l'une est « très avancée ». Mourad Boudjellal reste déterminé à acquérir le Sporting Club de Toulon malgré des négociations difficiles. « C'est compliqué, souligne l'ancien président et propriétaire du Rugby Club de Toulon. Les propositions de reprise sont inacceptables. J'ai demandé un audit du club car il est hors de question que je paie un prix, peu importe ce que je trouve dedans. Si la valorisation est réelle, l'audit le confirmera. Pour l'instant, je n'ai pas de retour. Le Sporting reste mon option numéro 1 car je suis attaché à ma ville, mais si ça ne se fait pas, j'ai d'autres options dans le foot, dont une très avancée. » « Je veux être à l'initiative d'un rêve fou : revoir Toulon en Ligue 1 ! », lâchait-il mi-janvier à Var-Matin. S'en sont suivies plusieurs passes d'armes par presse interposée avec le président actuel Claude Joye, qui a plusieurs fois rappelé que le Sporting, dernier de National et promis à une relégation en N2 après l'arrêt du Championnat, n'était pas à vendre. Claude Joye, actionnaire majoritaire du Sporting Club de Toulon « On en saura plus en fin de week-end prochain » « Je sais que je vais le récupérer », a de son côté répété Boudjellal, qui a même trouvé un accord avec l'entraîneur Pascal Dupraz (passé par Évian-Thonon-Gaillard, Toulouse et Caen) pour prendre les rênes de l'équipe. Interrogé sur l'avancement des discussions, Joye, actionnaire majoritaire du club depuis 2011 (à hauteur de 80 %), s'est montré évasif : « On ne souhaite pas tellement communiquer tant que l'on discute. Ça fait un bout de temps qu'on négocie (fin février), depuis un peu trop longtemps. On en saura plus en fin de week-end prochain. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi