Foot - L2 - Nancy - « La volonté de rachat est toujours là », rassurent les investisseurs intéressés par l'AS Nancy Lorraine

L'Equipe.fr
L’Equipe

Proche d'être finalisé avant le confinement, le rachat de Nancy (L2) par le City Football Group n'a pas eu lieu. Inquiétant ? Les investisseurs, tout en reconnaissant une « nouvelle donne », se veulent rassurants. En voie de finalisation avant le début de la crise sanitaire mondiale, le rachat de l'AS Nancy Lorraine (L2) par le City Football Group, géré par un fonds souverain d'Abu Dhabi, et déjà propriétaire de 8 clubs dans le monde dont Manchester City (Angleterre), New York City FC (États-Unis), Gérone (Espagne, D2), Melbourne FC (Australie), Yokohama (Japon), peut-il être remis en cause ? Sur l'antenne de France Bleu, vendredi, Jacques Rousselot a fait part de son « inquiétude » : « Je suis en première ligne. Ça devait se finaliser le 31 mars. J'avais convoqué les petits actionnaires, a indiqué le propriétaire de Nancy, qui n'a jamais caché sa volonté ces dernières années de céder son club. On est en confinement depuis le 17 mars et les négociations sont suspendues. Ça ne veut pas dire qu'elles sont arrêtées. Ce n'est pas une fin de non-recevoir. Il faut que je continue à chercher des ressources, des moyens pour trouver des solutions pour assurer le fonctionnement du club. » Dans les faits, les différents process de validation - audits sportifs et financiers - avaient été effectués par les avocats du City Football Group. Un accord autour d'un montant évalué à quelque 14 M€ avait même été trouvé. Les futurs possibles acquéreurs avaient même continué à se rendre sur place dans la semaine du 20 mars. Et une conférence de presse devait officialiser la vente début avril. Ce calendrier a été bouleversé par la pandémie de coronavirus. Jusqu'à quand ? Ces dernières heures, au sein du City Football Group, sans repousser la donne « nouvelle » liée à la crise économique, consécutive à l'épidémie, on se voulait plutôt rassurant : « Il y a encore la volonté de rachat de l'AS Nancy Lorraine, explique-t-on. Nous sommes face à une crise mondiale. Il y a aujourd'hui des aspects que nous ne contrôlons pas. Mais nous n'avons pas changé de direction. » Jacques Rousselot, propriétaire de l'AS Nancy Lorraine : « Je n'avais pas vraiment quitté la boutique » Difficile d'imaginer pour autant, dans ce contexte flou, un processus de vente rapide. Au sein des représentants du City Football Group, on insiste sur la nécessité de résoudre avant tout les problématiques sanitaires et de reprise de l'activité.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi