Foot - National 2 - Le projet de rachat de Canet RFC déjà en difficulté

·1 min de lecture

INFO L'ÉQUIPE. Les investisseurs australiens ont demandé la prolongation du protocole d'entrée au capital, faute de garanties financières suffisantes. Le projet de rachat pourrait capoter. L'annonce avait pu surprendre. Sous les feux des projecteurs après son épopée en Coupe de France, - vainqueur de l'OM en 1/8es de finale -, le club de Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales) avait tapé dans l'oeil d'un fonds d'investissement australien : Athlon CIF. Présentée aux Canétois par Gilbert Ysern, l'ancien directeur du tournoi de Roland-Garros, la structure avait alors annoncé au début du mois d'août vouloir injecter 1,5 M€ dès cette saison dans le club catalan, qui évolue en National 2. Objectif : la montée en Ligue 2 sous « trois à cinq ans », ambitionne le nouveau président, l'australien David Gibson. Mais depuis, le projet serait à l'arrêt. Selon nos informations, l'investisseur des antipodes pourrait jeter l'éponge. Du côté de Canet, l'information n'est pas confirmée. Le fond d'investissement aurait des difficultés pour présenter les garanties financières réclamées pour entrer dans le capital du club. « Ils ont demandé un délai supplémentaire pour prolonger le protocole jusqu'en septembre. Pour l'instant, ils n'ont pas l'argent », confirme-t-on en interne. « Ça va tomber à l'eau » Toujours selon nos informations, des 1,5 million d'euros promis, il n'y aurait finalement que 300 000 € sur la table. « Notre budget a déjà été validé par la DNCG sans compter sur l'arrivée des investisseurs. Quoi qu'il arrive, notre budget est bloqué pour la saison », rassure-t-on au club, 5e du groupe D après quatre journées. « Les négociations ont été menées sans consulter les collectivités, qui ne voulaient pas vraiment de ce projet. Ça va tomber à l'eau, le club devrait communiquer dans les heures qui viennent », glisse une source proche du dossier. Le président du Canet RFC, David Gibson, se ferait discret ces derniers jours. « On ne sait pas où il est. En France normalement, mais nous ne l'avons pas beaucoup vu ici. Nous échangeons surtout par mail », confie un membre du club phare des Pyrénées-Orientales. Contacté, David Gibson n'a, pour le moment, pas donné suite à nos sollicitations.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles