Foot - OL - Jean-Michel Aulas, après les sanctions de l'UEFA contre Lyon et Besiktas : «Une décision équitable»

L'Equipe.fr
Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonnais, a accueilli avec responsabilité la suspension avec sursis de toutes compétitions européennes prononcée par l'UEFA contre son club et le Besiktas.

Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonnais, a accueilli avec responsabilité la suspension avec sursis de toutes compétitions européennes prononcée par l'UEFA contre son club et le Besiktas.Exclusions avec sursis pour Lyon et Besiktas «Quel est votre sentiment à la suite de la sanction de l’UEFA qui vient de frapper votre club ? Je pense que c’est une décision équitable. Même si on a été surpris par la violence de ce qu’on a eu à gérer et qu’on a supporté la loi française qui nous est complètement défavorable. Au niveau de la billetterie, on sera obligé la prochaine fois de ne pas respecter le droit de vendre à tous ceux qui font une demande. De la même manière, on fera des fouilles de manière beaucoup plus systématique. Je pense que les pouvoirs publics nous accompagneront plus. On respecte les décisions de l’UEFA. L’organisation de cette compétition comme de la Ligue des Champions, c’est quelque chose de merveilleux. Il y a eu des débordements, on a sûrement une part de responsabilité. Je ne l’avais pas vu au départ. On assumera et on étudiera la possibilité d’un appel. Mais en première analyse, je trouve que c’est une sanction qu’on devra assumer et qui nous imposera d’être irréprochables. Ce qui n’a peut-être pas été le cas. Vous dîtes que vous avez votre part de responsabilité… Nous étions l’organisateur du match et il y a donc automatiquement un certain nombre d’éléments qui relevaient de notre responsabilité. On a essayé de faire du mieux possible mais peut-être pas suffisamment. On a peut-être été trop respectueux des lois françaises qui ne nous ont pas permis d’organiser le match dans les meilleures conditions. Il n’aurait pas fallu permettre la vente à autant de supporters adverses. On a appliqué bêtement. Il n’y a pas de tracking précis en France. Et pour des matchs à hauts-risques, il faut qu’on puisse avoir une traçabilité de ceux qui achètent des billets, ce qui aurait évité ces problèmes. Je pense aussi qu’il y avait des personnes qui s’identifiaient aux Lyonnais et qui n’avaient rien à faire du côté des Lyonnais. A nous de regarder ce qu’il s’est passé dans le détail. A nous de voir qui il y avait sous les cagoules et de faire le ménage. Après les incidents qui ont marqué leurs deux derniers matches, avez-vous senti de la peur auprès de vos joueurs avant ce match retour face à Besiktas ? Ils ont été remarquables. C’était une démonstration de solidarité et de force quand il y a eu ces événements. Je n’ai vu personne se sauver et un groupe qui répondait présent dans l’adversité. Tout en respectant les valeurs, on s’est défendu correctement dans un guet-apens qui n’était pas lié au football ou à notre club mais au contexte. Je le regrette pour les dirigeants corses car je me mets à leur place. C’est une image qu’on va oublier mais elle a renforcé la volonté de nos joueurs. On a vu des joueurs responsables, qui ne se couchaient pas et qui ont fait front.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages