Foot - PSG - Monaco - PSG - Monaco, sale coup pour la Coupe de France

L'Equipe.fr
Comme prévu, le choc au sommet PSG - Monaco n'a pas eu lieu (5-0). Ennuyeux pour la Fédération en cette année de centenaire de l'épreuve et en pleine négociation des droits de diffusion.

Comme prévu, le choc au sommet PSG - Monaco n'a pas eu lieu (5-0). Ennuyeux pour la Fédération en cette année de centenaire de l'épreuve et en pleine négociation des droits de diffusion.«Un peu égoïstement, on aurait envie que Monaco revienne pour vibrer un peu», admettait, mercredi soir, Jérôme Alonzo, consultant pour France Télévisions, alors que la seconde période ­allait reprendre et que le PSG ne menait «que» 2-0. Lors de cette demi-finale, le choc tant attendu a tourné à une opposition complètement déséquilibrée et sans grand intérêt.Paris écrase MonacoCe jeudi matin, la déception pourrait trouver un premier prolongement dans les chiffres d’audience de France 3, d’autant que «Dix pour cent», la série diffusée au même moment sur… France 2, cartonne. Le turnover de Monaco a fait le jeu du PSG et une victime collatérale : la Coupe de France. Le timing de la mauvaise blague ne fait pas les affaires de la Fédération. Parce que c’est le centenaire de l’épreuve et qu’elle négocie justement les droits de retransmission de l’épreuve pour la période 2018-2022.Eurosport et France Télévisions, les actuels diffuseurs, avaient proposé lors de l’appel d’offres un peu plus de 20 millions d’euros (contre 17 M€ actuellement) pour conserver la Coupe. La FFF avait jugé la somme insuffisante et Noël Le Graët, le président de la FFF, a entamé des discussions de gré à gré avec plusieurs chaînes. En décembre 2015, la LFP avait obtenu presque 24 millions d’euros pour la Coupe de la Ligue. L’idée était de faire un peu mieux.«On sera fixé avant fin août et vous verrez qu’on atteindra un montant intéressant. Je veux le plus possible», assure Noël Le Graët, qui a trouvé, mercredi soir, «dommage qu’il n’y ait pas eu beaucoup de suspense». Il dit aussi comprendre qu’on «puisse regretter qu’une demi-finale de Coupe de France ne soit pas plus disputée».Mais le président de la FFF ne veut pas blâmer les Monégasques. «La priorité pour nos clubs, rappelle-t-il, c’est d’être compétitifs sur la scène européenne. Monaco aurait peut-être pu présenter une équipe plus solide. Peut-être. Mais, la semaine prochaine, on sera tous contents si Monaco réussit une performance contre la Juventus.» Le scénario tronqué de mercredi soir pourrait précipiter le football professionnel français vers une nouvelle réflexion sur l’architecture de son calendrier.Lors du dernier conseil d’administration de la Ligue, Le Graët avait prôné la programmation d’au moins deux matches de Championnat entre fin décembre et début janvier. «À cette période, explique-t-il, les Anglais jouent et on les regarde dans nos fauteuils. On veut une grande trêve hivernale, on veut aussi ne pas reprendre trop tôt la saison l’été pour pouvoir faire des tournées à l’étranger, on a du mal à jouer tous les trois jours. Je constate qu’à l’étranger ces problèmes ne se posent pas.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages