Foot - PSG - Nasser al-Khelaïfi visé par le logiciel espion Pegasus

·1 min de lecture

Selon « Le Monde », le président du PSG et de beIN Media Group Nasser al-Khelaïfi a été visé par le logiciel espion Pegasus alors que l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar se livraient une bataille diplomatique et commerciale. Nasser al-Khelaïfi, le président du PSG et de BeIN Media Group, aurait été ciblé par le logiciel espion Pegasus selon Le Monde. Le quotidien du soir rapporte que « fin 2018, des agents engagés dans un match entre États, loin des terrains de football, se sont servis du puissant logiciel Pegasus pour cibler deux numéros de portable » de Nasser al-Khelaïfi mais aussi « un numéro de téléphone fixe attribué au directeur de la communication du club parisien, Jean-Martial Ribes. » Une affaire sur fond de tensions politiques entre le Qatar et l'Arabie saoudite Le Monde explique par ailleurs qu'il « n'est pas en mesure d'affirmer si ces appareils ont bien été infectés par Pegasus » mais que « la présence de multiples numéros liés à beIN et à ses dirigeants dans la liste (de plus de 50 000 numéros que le média a pu analyser) laisse toutefois peu de doute sur la volonté de les mettre sous surveillance électronique ». Le ciblage des téléphones de Nasser al-Khelaïfi s'est fait sur fond de tensions diplomatiques entre le Qatar et l'Arabie saoudite. Le premier état reprochant notamment au second de soutenir une chaîne pirate, BeoutQ, qui diffusait des programmes sportifs de beIN sans autorisation. L'un des téléphones de Nasser al-Khelaïfi aurait aussi été ciblé par les Émirats arabes unis, l'un des clients de NSO, la société qui édite le logiciel Pegasus. Selon Le Monde des informaticiens travaillant pour la chaîne qatarie se trouvent également dans la liste des cibles.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles