Foot - Qualif. CAN - Saïd Ali Saïd Athouman (président de la Fédération des Comores) face aux absences des internationaux : « Personne ne sort gagnant d'une telle situation »

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Saïd Ali Saïd Athouman, le président de la Fédération comorienne, devra finalement faire sans ses internationaux évoluant en Ligue 2 pour les derniers matches de qualification à la CAN. Selon lui, les clubs désireux de libérer leurs joueurs « ont reçu des pressions » d'autres équipes. Les Comores, 830 000 habitants environ, peuvent décrocher leur première qualification à la Coupe d'Afrique des nations, un moment historique dans l'histoire de ce jeune pays reconnu en 2005 par la FIFA. Il lui manque un point face au Togo et au Kenya pour valider ce rêve. Mais l'absence de cinq joueurs importants de l'effectif qui évoluent en Ligue 2 (*) peut largement amoindrir une équipe qui a un vivier bien plus faible que d'autres. Saïd Ali Saïd Athouman, le président de la fédération comorienne, nous explique les difficultés qui se présentent. (*) Faiz Mattoir et Mohamed Youssouf (AC Ajaccio), Mohamed M'Changama (Guingamp), Yacine Bourhane (Niort) et Younn Zahary (Pau) lire aussi Les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 retiennent leurs internationaux convoqués hors de l'UE pour la trêve du mois de mars « Comment vivez-vous cette situation ?
C'est une situation très très difficile pour nous et c'est terrible de priver les joueurs qui se sont investis pendant des années en équipe nationale, dont certains sont proches de la fin de leur carrière, de ce match. Nous sommes une petite fédération, un petit pays. On a beaucoup travaillé pour en arriver là, on souffre donc plus que d'autres de ces absences (cinq joueurs). Nous n'avons pas la possibilité de remplacer certains cadres. On est très affectés. « Ça vous casse un joueur une histoire comme ça » Vous aviez pourtant été en relation avec Christian Leca, le président de l'AC Ajaccio...
Et ça s'est très bien passé avec lui qui comprenait la situation. Pour les clubs qui ne jouent rien, je pensais qu'on les laisserait venir mais non. J'ai eu (Fred) Legrand, le président de Guingamp, j'étais même prêt à faire en sorte que notre joueur (Youssouf M'Changama) joue contre le Togo (jeudi) et on l'aurait laissé partir ensuite. J'aurais respecté mon engagement. Et voilà où l'on en est. Ce sont des joueurs qui se sont donnés pour leur sélection. Ça vous casse un joueur une histoire comme ça. Quelle est la situation sanitaire aux Comores ?
Il n'y a pratiquement pas d'hospitalisations. On gère après une période plus difficile. Il y a même eu la Coupe des Comores qui a repris. La situation est nettement moins alarmante qu'en France. Pourquoi Jean-Pierre Caillot (Reims) et les présidents de clubs pros ont-ils mis la pression sur les clubs ?
Je ne sais pas. Il y avait des clubs qui étaient prêts à faire des gestes, et notamment en libérant les joueurs au moins pour le match contre le Togo. Mais ils ont dû faire marche arrière car ils ont eu des pressions, c'est clair. Personne ne sort gagnant d'une telle situation. Chez nous, tout le monde est mobilisé pour ce match contre le Togo, le foot, c'est un facteur d'unité pour nous qui sommes insulaires, on se sent vraiment Comoriens dans ces instants. Et il y a aussi la diaspora qui nous soutient. Pour tout vous dire, ça fait deux ou trois jours que je ne dors pas bien... lire aussi L'UNFP dénonce « une discrimination » et demande que tous les internationaux puissent rejoindre leur sélection N'avez-vous pas alerté les autorités de la Confédération africaine de football (CAF) ?
Kanizat Ibrahim, notre vice-présidente, a été nommée cinquième vice-présidente de la CAF. Elle a discuté avec des responsables de la CAF pour le foot africain en général, pas pour les Comores en particulier. Car il y a un gros problème... Vous pouvez vous dire que le Togo sera dans une situation identique ?
Ils sont déjà éliminés, c'est différent pour eux. Et ce n'est pas certain qu'ils auraient eu tous leurs joueurs dans ces conditions, avec les soucis de vols, etc. Ils peuvent même aligner leur équipe du CHAN (compétition avec les joueurs locaux), pas nous. » lire aussi Le classement du groupe G avec les Comores