Foot - Qualif. CM - L'Argentine a-t-elle ignoré les autorités brésiliennes ?

·2 min de lecture

Selon le journal « Globo », le ministère de la Santé brésilien aurait formellement signifié à la Confédération sud-américaine (Conmebol) son refus d'autoriser l'Argentine à aligner ses quatre joueurs de Premier League contre le Brésil dimanche, moins d'une heure avant le match. Alors que les torts semblaient partagés dans le fiasco du match de qualification à la Coupe du monde entre le Brésil et l'Argentine dimanche, arrêté au bout de cinq minutes, Globo a avancé lundi soir que le ministère de la Santé brésilien avait rejeté une requête de la Fédération argentine (AFA) demandant que ses quatre joueurs de Premier League (Buendia, Martinez, Lo Celso et Romero) soient exemptés de quarantaine et puissent donc disputer la rencontre. lire aussi La même « honte » des médias du Brésil et de l'Argentine Les premiers éléments dévoilés lundi par le même journal, en l'occurrence des extraits du rapport d'enquête de l'Agence nationale de veille sanitaire brésilienne Anvisa, suggéraient que la délégation argentine, pourtant encouragée par les autorités locales, n'avait jamais formulé cette requête. La délégation argentine aurait bien été alertée avant le match Globo précise que ladite délégation a été prévenue dès dimanche matin - ce que ses dirigeants contestent - et que le ministère de la Santé a formellement signifié à la Conmebol (la Confédération sud-américaine) qu'il se rangeait à l'avis de l'Anvisa dans un courrier électronique envoyé à 15h09 (heure locale), moins d'une heure avant le début du match. Ce qui expliquerait que des agents de la santé publique soient intervenus après le coup d'envoi pour isoler les joueurs de l'Albiceleste - qui n'auraient en théorie pas dû quitter l'hôtel. Si l'AFA se retranche depuis le début de cette affaire derrière un accord passé entre les dix Fédérations de la Conmebol et leurs ministères de la Santé respectifs, qui permet aux joueurs de circuler et de participer à ces matches de qualification pour la Coupe du monde 2022 en vertu du principe de la bulle sanitaire, l'imbroglio vient notamment du fait qu'elle ait omis de mentionner que Buendia, Martinez, Lo Celso et Romero avaient séjourné en Angleterre lors des quatorze jours précédant leur entrée sur le sol brésilien. La FIFA, qui va étudier les rapports du match, ne devrait pas rendre de décision avant plusieurs semaines.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles