Foot - Qualif. CM - La même « honte » des médias du Brésil et de l'Argentine

·2 min de lecture

Dans la foulée de l'interruption du match entre le Brésil et l'Argentine, les médias des deux pays dénonçaient en choeur un « scandale mondial ». Un même dégoût. Dans leurs colonnes ou sur leurs sites, les médias brésiliens et argentins se rejoignaient, dans leurs premières réactions à l'incroyable interruption du choc entre la Seleçao et l'Albiceleste, dimanche. Les commentaires les plus forts sont venus, très vite, en provenance d'Argentine. Le quotidien Clarin parlait de « scandale majuscule et mondial », Olé ! titrait lui sur « la honte brésilienne » et avançait que s'est écrit, à la Corithians Arena de Sao Paulo, « un des moments les plus ridicules du foot mondial ». lire aussi Brésil-Argentine arrêté, la grande mascarade Le journal informait au passage que « la délégation argentine avait pris une décision, vu tout ce qui s'est passé les heures précédant le match : si les quatre joueurs concernés ne pouvaient pas jouer, personne ne jouerait ». Plus cocasse (ou inquiétant), le journal faisait aussi un éclairage sur le désormais fameux délégué de l'ANVISA (l'agence nationale de veille sanitaire) qui a provoqué l'interruption du match, en avançant l'hypothèse que, photos à l'appui, il portait possiblement une arme sur lui quand il a fait irruption sur la pelouse...

« Les menteurs argentins sur le terrain » Côté brésilien, on parlait là aussi de « honte » et de « scandale ». « La partie avait mal débuté et s'est terminée dans les pages des faits divers », commentait la revue Placar. Sur le portail UOL, Diego Garcia dénonçait dans une chronique au vitriol « les menteurs argentins sur le terrain, le plus grand scandale du foot depuis la pandémie ». En réalité, le journaliste pointe les responsabilités à tous les niveaux y compris l'ANVISA qui a décidé « moins de quatre heures avant le match d'expulser les quatre joueurs ». Et d'interroger : « Pourquoi l'ANVISA et la police fédérale ont attendu que le ballon roule pour intervenir ? Pour apparaître sur les écrans, étaler ses oeuvres en direct sur un réseau national ? Si c'est le cas, c'est réussi : son intervention est devenue une information dans le monde entier. » Dans les deux pays, si les premiers articles se montraient assez partisans, au point de réclamer pour certains de donner match perdu au pays rival, le ton est devenu plus neutre et factuel au fil des informations et des témoignages qui tombaient. Comme si chacun comprenait que cette histoire n'était pas si simple.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles