Foot - Qualif. Euro - Qualifications Euro 2020 : accrochée par la Norvège, l'Espagne attendra

L'Equipe.fr
L’Equipe

Rejointe dans le temps additionnel par la Norvège (1-1) samedi, l'équipe d'Espagne n'est pas encore qualifiée pour l'Euro 2020. Avant son déplacement en Norvège samedi, la Roja avait gagné tous ses matches des qualifications à l'Euro 2020. Un bilan plutôt flatteur, comme l'a démontré ce match que l'équipe de Roberto Moreno a commencé fort avant de s'éteindre un peu après une remarquable action, achevée par un centre de Jesus Navas qui a filé devant le but (16e). La Norvège en a profité pour se montrer dangereuse par une tête piquée de King (22e) puis par Elabdellaoui, qui a manqué son contrôle au deuxième poteau (39e). Tout semblait aller mieux pour l'Espagne après la pause, dans la foulée de l'ouverture du score signée Saul Ñiguez, qui n'avait plus marqué, en club comme en sélection, depuis mars (47e). Derrière, Fabian Ruiz a touché deux fois les montants (67e, 89e) mais la volonté scandinave a été récompensée dans le temps additionnel, quand Kepa a commis une faute qui a offert le penalty de l'égalisation à l'excellent Joshua King (90e + 4). L'Espagne devra attendre au moins mardi et son déplacement en Suède pour obtenir sa qualification à l'Euro 2020. Titulaire depuis l'arrivée de Roberto Moreno à la tête de l'équipe d'Espagne, le gardien de Chelsea avait passé une soirée plutôt tranquille jusqu'à cette sortie ratée de la 2e minute du temps additionnel, dans laquelle il dégomme Elabdellaoui en tentant de dégager le danger du poing. Kepa a récolté dans cette affaire un carton jaune et son équipe a encaissé, sur penalty, une égalisation qui compte. Jusque-là, la Roja était qualifiée pour l'Euro 2020. Elle devra attendre trois jours de plus, au moins, avant de valider son ticket. Pour Kepa lui-même, c'est évidemment un coup dur : alors qu'il semblait s'installer dans le but espagnol, au détriment de David De Gea, la guerre des gardiens pourrait reprendre en Seleccion. Le latéral gauche du PSG avait effectué en mars son retour en sélection, quatre ans après son précédent passage en équipe nationale. C'était à Malte et Juan Bernat n'avait pas spécialement brillé, comme milieu de terrain gauche. Ce samedi à Oslo, il évoluait à son poste habituel et n'a pas laissé passer sa chance. Il a parfaitement animé son couloir gauche, à l'image de l'action du but, qui le voit déborder et centrer fort devant le but (47e). À vingt-six ans, le Parisien revient dans la course dans un secteur où Jordi Alba est indiscutable depuis des années. C'était seulement la 9e sélection de Bernat, qui avait débuté avec la Roja dès 2014. Pablo Sarabia, l'autre Parisien du groupe espagnol, n'est pas entré en jeu. <iframe frameborder="0" width="1066" height="599" src="https://www.dailymotion.com/embed/video/x7ml81c" allowfullscreen="" allow="autoplay"></iframe>

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi