Foot - Les quatre précédents matches du PSG à huis clos

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le PSG jouera son huitième de finale retour de Ligue des champions mercredi contre le Borussia Dortmund dans un Parc des Princes à huis clos. Ce sera la quatrième fois que le club parisien évoluera dans ces conditions. Le PSG a joué pour la première de son histoire un match à huis clos en 2005. Le club est sanctionné pour usage de fumigènes lors de la rencontre contre Metz en décembre 2004 (3-0). Depuis le début de l'année, les Parisiens sont dans le dur. Ils viennent d'enchaîner une série de 4 nuls et 3 défaites en Ligue 1 lorsque les Corses se présentent dans un Parc des Princes sans public (27e journée). Ils s'imposent (1-0) grâce à un penalty de Benachour (66e), qui marque le but le plus silencieux jamais inscrit au Parc. PSG-Dortmund à huis clos mercredi En 2010, après le décès de Yann Lorence à la suite des incidents entre supporters du PSG en marge du Classique au Parc des Princes (3-0 pour l'OM), le PSG doit jouer ses trois matches suivants à huis clos, une décision prise en concertation entre le ministère de l'intérieur et les organisateurs (LFP et FFF). L'originalité de cette sanction, c'est que les Parisiens vont jouer deux matches à l'extérieur dans des stades vides. Ils jouent et perdent le premier à Nice (0-1), qui a par ailleurs été sanctionné d'un huis clos appliqué à cette date après des incidents à Monaco en janvier. Loïc Rémy marque en fin de match (79e). C'est la 12e défaite en 29 journées des Parisiens, qui occupent alors la 12e place du classement. Trois jours après la défaite à Nice, les Parisiens se déplacent à Auxerre, pour leur dernier objectif de la saison : la Coupe de France. Ils remportent leur quart de finale, aux tirs au but (0-0, 6-5 aux t.a.b.), dans un stade Abbé-Deschamps vide. Après avoir effleuré les tentatives de Benoît Pedretti et Jean-Pascal Mignot, Apoula Edel détourne la tentative de Julien Quercia. Le PSG remportera la compétition deux mois plus tard contre Monaco (1-0 a.p.). Cinq jours après leur qualification pour les demi-finales, les Parisiens retrouvent leur Parc des Princes, à huis clos pour la deuxième fois de leur histoire. Ils dominent une faible et inoffensive équipe de Boulogne-sur-mer (3-0, buts de Lecointe contre son camp, Hoarau sur penalty et Kezman). Mais ils vivent mal cette troisième rencontre à huis clos de rang, comme en témoigne Sylvain Armand : « Ce match au Parc a été très pesant. Je me suis senti enfermé. C'est assez impressionnant. » Les Boulonnais non plus n'ont pas aimé l'expérience, à l'image d'Alexandre Cuvillier : « Ce n'est pas ça le foot... »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi