Foot - Réseaux sociaux - Thierry Henry regrette l'inaction des réseaux sociaux pour lutter contre les abus en ligne

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après avoir quitté les réseaux sociaux en mars dernier en demandant que les abus en ligne soient vraiment sanctionnés, Thierry Henry a expliqué, ce mardi, regretter qu'aucune mesure n'ait été prise depuis. En mars dernier, Thierry Henry avait décidé de se retirer des réseaux sociaux. L'ancien joueur d'Arsenal, qui était pourtant très suivi (15 millions d'abonnés sur Facebook, Twitter et Instagram) avait demandé que ces plateformes soient mieux contrôlées notamment sur les commentaires racistes et les abus en ligne. Thierry Henry « Ils n'en font pas assez. Ils n'essaient pas vraiment de changer quelque chose » Lors d'une conférence pour Web Summit ce mardi, il a expliqué regretter l'inaction des réseaux sociaux depuis sa décision. « Les réseaux sociaux sont loin de faire ce qui est nécessaire pour que nous nous sentions en sécurité dessus - soyons honnêtes. Les plateformes doivent être nos partenaires afin de mener une discussion sur le fond en vue d'actions concrètes. Certaines d'entre elles font des progrès, [...] mais pas toutes et pas assez. Ils n'essaient pas vraiment de changer quelque chose. C'est un outil essentiel dans le monde dans lequel nous vivons, mais peut-il être sûr ? C'est là toute la question », a-t-il lancé avant de faire passer un message aux jeunes victimes d'injures racistes. « C'est mon message : vous ne devriez pas être arrêtés par ces types. Si jamais vous avez l'impression de ne pas être à votre place, vous l'êtes... personne ne peut vous empêcher de faire ce que vous voulez. » lire aussi Thierry Henry : « Personne ne parle de l'aspect mental d'un Mondial tous les deux ans »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles