Foot - Racisme - L1 - Le FC Nantes rejoint le boycott des réseaux sociaux contre le racisme en ligne

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Le FC Nantes a annoncé ce vendredi qu'il cesserait toute activité sur ses réseaux ce week-end, comme ont décidé de le faire les clubs et instances anglaises, afin de protester contre le racisme qui cible les joueurs en ligne. « Afin de lutter contre le racisme et les abus discriminatoires sur les réseaux sociaux, le FC Nantes annonce se joindre au mouvement initié par les clubs anglais et restera silencieux en boycottant ses réseaux sociaux ce week-end », a écrit le club canari sur son compte Twitter ce vendredi dans un dernier post avant de cesser toute communication tout au long du week-end du 1er mai.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.


L'UEFA avait annoncé jeudi qu'elle se joignait au boycott des réseaux programmé ce week-end par les clubs et les instances anglaises pour lutter contre le racisme que subissent les joueurs en ligne. Imran Louza pris pour cible Au début du mois, l'octuple champion de France avait apporté son soutien à Imran Louza, son milieu de terrain victime de « menaces de mort inacceptables et d'odieux propos racistes sur les réseaux sociaux », après la rencontre perdue contre Nice (1-2 le 4 avril, 31e journée). De retour en Angleterre après avoir quitté ses fonctions d'entraîneur à l'Impact de Montréal, Thierry Henry avait initié le mouvement en supprimant ses comptes en ligne. Il avait été suivi par des clubs de divisions inférieures anglaises. Le prince William boycotte aussi Le prince William, président de la fédération anglaise, a annoncé vendredi se joindre à l'appel au boycott des réseaux sociaux lancé par les clubs pour protester contre les insultes racistes subies par les joueurs. Cette annonce du prince de 38 ans, deuxième dans l'ordre de succession à la reine Élizabeth II, intervient alors que son frère Harry et sa belle-soeur Meghan Markle ont accusé la famille royale britannique de racisme, évoquant des discussions sur la couleur de la peau de leur fils de la part d'un membre non nommé. William avait assuré que la famille royale n'était « pas raciste ». (Avec AFP)