Foot - Comme Robert Rensenbrink, ils ont joué en France sur le tard

L'Equipe.fr
L’Equipe

À l'instar de l'attaquant néerlandais, récemment disparu, qui avait fini sa carrière à Toulouse (saison 1981-1982), d'autres grands joueurs ont découvert la France à la fin de leur carrière depuis les années 70. Sans avoir laissé de souvenir impérissable ou suscité d'engouement débordant. À lire : Robbie Rensenbrink, une sortie sans lumière à Toulouse Le Néerlandais a 33 ans lorsqu'il signe au FC Metz. Le club lorrain récupère le premier latéral droit moderne de l'histoire, capable de se projeter et de participer au jeu offensif de sa formation. Membre de la grande équipe de l'Ajax, triple vainqueur de la Ligue des champions (1971, 1972 et 1973), il jouera 24 matches avec le FC Metz, qui terminera cinquième de D1. Suurbier poursuivra et terminera sa carrière en MLS. Incarnation du football total, le défenseur néerlandais est une des stars de la grande Ajax, le Johan Cruyff de la défense. Quand il rejoint l'AS Cannes en 1984, le double finaliste de la Coupe du monde (1974 et 1978) vient de passer quatre saisons au Napoli, où il a été notamment élu meilleur joueur de Serie A en 1981. À 35 ans, il va terminer sa carrière en D2 sur la Côte d'Azur, jouant 63 matches en deux saisons. C'est un joueur avec un immense palmarès que les Girondins recrutent en 1989. L'international est-allemand a remporté l'Euro en 1980, la Ligue des champions avec Hambourg en 1983 et a été finaliste du Mondial 1982. À 36 ans, le latéral droit - reconnu pour sa qualité de centre - ne va pourtant jouer qu'un match avec Bordeaux, face à Metz le 22 juillet 1989, avant de filer à Mulhouse, où il terminera dernier de D1. Après cette courte expérience en France, il retournera à Hambourg où il prendra sa retraite sportive un an plus tard. Champion d'Europe avec l'Allemagne en 1996, Oliver Bierhoff a 33 ans quand il signe à Monaco en 2001. Peu utilisé à Milan, il vient sur le Rocher pour retrouver du temps de jeu. Sa saison est sans relief (18 matches, 5 buts). Ça ne l'empêchera pas d'être sélectionné pour le Mondial 2002 et de jouer la finale perdue contre le Brésil (0-2). Il retourne en Italie après la compétition, au Chievo Vérone, et arrête sa carrière de joueur un an plus tard. À 32 ans, le meilleur buteur de Liga (1998 avec l'Atlético) et de Serie A (2003 avec l'Inter) quitte l'AC Milan, où il est remplaçant, pour rejoindre l'AS Monaco en janvier 2006 afin de s'offrir une chance de participer au Mondial. C'est un échec. Même s'il réussit à marquer cinq buts, « Bobo » enchaîne les blessures et ne joue que dix rencontres. À la fin de cette courte pige, il retourne en Italie, à l'Atalanta et à la Fiorentina, avant de raccrocher les crampons en octobre 2009. C'est une légende néerlandaise que le LOSC recrute en 2007. Un attaquant formé à l'Ajax, vainqueur de la C1 en 1995, passé par l'AC Milan et le Barça, où il a brillé pendant six saisons (1998-2004). Mais le prolifique international néerlandais (40 buts en 70 rencontres) a perdu de sa superbe. À 31 ans, il est en fin de carrière et le LOSC sera d'ailleurs son ultime club, après une saison à 4 buts en 14 matches. À la recherche d'une icône mondialement connue, le PSG attire David Beckham en janvier 2013. Alors âgée de 37 ans, la star anglaise va remplir l'objectif médiatique du club parisien. Pour le sportif, l'idole de Manchester United n'aura pas laissé un souvenir impérissable : il ne jouera que 14 matches en six mois. Il met un terme à sa carrière en mai, sous les applaudissements du Parc des Princes.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi