Foot - Stats - Quels pays ont effectué le plus et le moins de changements lors de la première journée de l'Euro ?

·3 min de lecture

Parmi les 24 nations en compétition à l'Euro, certaines ont utilisé au maximum la nouvelle règle des cinq changements lors de leur premier match. D'autres, en revanche, n'en ont pas profité. Et l'équipe de France dans tout ça ?

Si le coaching tardif de Didier Deschamps, mardi face à l'Allemagne (1-0), a été souligné, il n'est pas un cas isolé dans cet Euro. De nombreux autres pays n'ont pas utilisé la totalité de leurs changements à disposition lors de la première journée. Pour être exact, seuls onze d'entre eux, soit moins de la moitié en compétition (24), ont effectué les cinq remplacements autorisés cette année par le règlement. Tous en trois séquences, le maximum toléré, à l'exception de l'Écosse qui a lancé ses entrants en deux temps.

La plupart des nations engagées ont attendu la seconde période pour remanier leur équipe. Mais certaines, comme la Belgique, la Russie, ou encore le Danemark, touchées par des blessures, notamment celle très grave de Christian Eriksen (43e), aujourd'hui hors de danger, n'ont pas eu d'autre choix que d'agir avant la mi-temps. C'est l'Ukraine, qui a perdu Oleksandr Zubkov avant même la fin du premier quart d'heure (13e) face aux Pays-Bas (2-3), qui a dû s'adapter le plus rapidement.

La Russie a fait le plus vite
À l'inverse de Deschamps, le sélectionneur russe Stanislav Tchertchessov est celui qui a attendu le moins longtemps pour opérer ses cinq remplacements. Peu après l'heure de jeu (63e), il avait déjà changé presque la moitié de son équipe. Huit formations n'ont pas jugé bon d'aller au-delà de quatre changements, tandis que seule l'Angleterre s'est arrêtée à trois, la limite à ne pas dépasser jusqu'à l'an dernier, avant l'élargissement des règles pour offrir aux sélections plus de souplesse et répondre aux contraintes de la pandémie de Covid-19.

Tandis que tous les pays disposent d'un réservoir de 26 joueurs pour la durée du tournoi, quatre d'entre eux n'ont même pas eu besoin d'en changer trois, sur les 23 alignés sur la feuille match. Comme la France, la Suisse, l'Ukraine et le pays de Galles ont effectué deux retouches seulement pour leur premier match. Satisfait de son onze de départ, Deschamps est celui qui a retardé l'échéance le plus longtemps en attendant les dernières minutes avant de lancer Corentin Tolisso à la place de Karim Benzema (89e) puis Ousmane Dembélé pour suppléer Adrien Rabiot dans le temps additionnel (90e+5).

Auparavant, il avait envoyé Léo Dubois, Moussa Sissoko et Marcus Thuram en tribunes pour suivre la rencontre. Ces trois-là, comme la plupart des remplaçants français, n'ont pas encore joué la moindre minute. Mais la roue pourrait tourner, selon Raphaël Varane. « On va avoir besoin de tout l'effectif, dans la mentalité, dans l'attitude, dans l'ambiance ou les performances sur le terrain, affirmait le défenseur, mercredi en visioconférence. Chaque joueur peut avoir un moment pour aider l'équipe, tout le monde en a conscience. » À condition d'avoir sa chance.

lire aussi
Pavard, un choc qui pose questions

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles