Foot - Top 50 U20 - La génération 2002 au pouvoir, l'Angleterre reine des pépites... notre top 50 des U20 décrypté

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Notre top 50 des joueurs nés après le 1er janvier 2001 a fini d'être dévoilé ce vendredi, avec le Barcelonais Ansu Fati au sommet. Voici l'analyse de ce classement, qui fait apparaître certaines tendances.

Les joueurs nés en 2001 sont éligibles dans le classement, et pourtant les cinq premières places sont occupées par des talents de... 2002. Notre top est outrageusement dominé par la génération 2002, avec 27 membres sur 50, contre seulement 18 éléments nés en 2001.

Quatre joueurs de 2003 sont également présents, dont Jude Bellingham dans le top 10. Youssoufa Moukoko est le plus jeune joueur retenu, et le seul né durant l'année 2004. À l'inverse, le plus « vieux » joueur listé est le Madrilène Rodrygo, né le 9 janvier 2001.

Un seul gardien, peu de défenseurs...
Comme souvent dans les classements de jeunes talents, on trouve une majorité de joueurs offensifs, qui ont plus de facilité à éclore tôt.

Mais la Suisse réussit la performance de placer deux défenseurs centraux de moins de 20 ans dans le top (Omeragic et Stergiou). On remarque aussi qu'hormis Anatoliy Troubine du Chakhtior Donetsk, aucun gardien de moins de 20 ans n'a encore percé à haut niveau, comme c'était le cas par le passé (Donnarumma, Lafont...).

La France devant le Brésil ou l'Espagne
Vingt-trois nationalités sont représentées dans le top 50, et c'est l'Angleterre qui place le plus de représentants (7) : Jude Bellingham, Mason Greenwood, Bukayo Saka, Harvey Elliott, Curtis Jones, Noni Madueke et Jamal Musiala. Ce dernier est toutefois un cas particulier, car s'il a honoré une cape avec les Espoirs anglais, il hésite encore entre les Three Lions et l'équipe d'Allemagne.

La France (Camavinga, Badiashile, Olise, Kalimuendo et Cherki) et la Belgique (Verschaeren, De Ketelaere, Doku, Vranckx et Raskin) ont cinq éléments dans le top, un de plus que le Brésil (Kaio Jorge, Rodrygo, Martinelli, Gabriel Veron).

Les trois talents néerlandais du classement (Gravenberch, Boadu, Ihattaren) sont dans le top 15. L'Américain Giovanni Reyna est le seul joueur non-européen du top 10. Fait remarquable, l'Italie ne place aucun joueur dans le classement, même si certains n'étaient pas loin (Esposito, Vignato, Rovella, Salcedo...).

Dortmund et Liverpool, les pépinières
Quarante et un clubs sont représentés dans le top 50. Le Borussia Dortmund, dont la réputation n'est plus à faire en matière de jeunes joueurs, est la seule formation avec trois éléments dans le classement (Bellingham, Reyna, Moukoko).

L'Ajax Amsterdam et le PSV Eindhoven en ont deux, comme Arsenal, le FC Barcelone, Liverpool (Elliott est toutefois prêté à Blackburn) et Rennes.

Dur de percer en Serie A...
Vingt-deux championnats ont au moins un représentant dans le top 50. Sans grande surprise, les grandes ligues européennes sont celles où les pépites sont les plus nombreuses. La Bundesliga, la Liga, la Ligue 1 et la Premier League ont cinq représentants chacun dans le classement. L'Eredivisie néerlandaise, réputée pour ses promesses, a également cinq joueurs classés, un de plus que le championnat de Belgique.

À l'inverse, la Serie A, où la maturité tactique est importante, n'a qu'un seul joueur (Aaron Hickey, Bologne). Plus surprenant encore, il n'y a qu'un seul jeune de Liga NOS (Portugal), d'ordinaire si riche en talents précoces, le latéral convoité du Sporting CP Nuno Mendes.

Quatre joueurs au-dessus des 100M€ de valorisation
L'Observatoire du football du CIES (Centre international d'étude du sport) a estimé la valeur de tous les joueurs de notre top 50. Les 50 jeunes ont une valeur totale estimée de 1 515 millions d'euros. Bukayo Saka (Arsenal) est l'élément avec la plus forte valeur (126M€) devant Mason Greenwood (105M€) et le duo du Barça Ansu Fati (104M€) et Pedri (101M€).

Alan Velasco (Independiente) et Youssoufa Moukoko (Borussia Dortmund) ont la valeur estimée la plus faible du classement (5M€).