Foot - Transferts - Troyes vise Pape Abou Cissé (Olympiakos)

·2 min de lecture

Troyes espère recruter Pape Abou Cissé, le défenseur de l'Olympiakos. En attendant, l'ESTAC devrait accueillir prochainement Gerzino Nyamsi, Yasser Larouci et Mama Baldé. Ce n'était peut-être qu'un tout petit au revoir. Après six mois passés en prêt à Saint-Étienne durant la seconde partie de la saison dernière, Pape Abou Cissé pourrait rapidement revenir en France. C'est le souhait des dirigeants de Troyes, qui ont érigé le longiligne défenseur de l'Olympiakos (25 ans ; 1,97 m) en priorité. Le club aubois, propriété du City Group, a conclu ces derniers jours le transfert le plus cher de son histoire, de l'ordre de 5 M€, pour recruter le milieu brésilien Metinho. Et il est prêt à récidiver pour renforcer son arrière-garde. L'ESTAC est ainsi disposée à proposer 5 M€, avec divers bonus à la clé, pour convaincre l'Olympiakos, où l'international sénégalais reste sous contrat jusqu'en 2024. Les deux clubs sont toujours en phase de négociations. Cissé, lui, aimerait quitter la Grèce cet été et privilégie un retour en France. Nyamsi et Larouci en approche À deux semaines de la reprise de la L1, contre le PSG (le 7 août), le promu troyen est entré dans une phase très active de son mercato pour renforcer un effectif encore limité. En plus de Metinho et Renaud Ripart, notamment, voire de Cissé, le promu est sur le point de conclure l'arrivée de deux joueurs : le défenseur central rennais Gerzino Nyamsi (24 ans, sous contrat jusqu'en 2024) et le latéral gauche franco-algérien Yasser Larouci (20 ans), laissé libre par Liverpool, comme révélé par l'Est Éclair. Enfin, l'entraîneur troyen Laurent Batlles s'attend aussi à enregistrer prochainement la venue de l'attaquant dijonnais Mama Baldé (25 ans, 2022), ciblé depuis de nombreuses semaines.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles