Foot - UEFA - Fair-play financier : l'OM menacé de sanctions

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le deuxième de L1 n'aurait pas respecté les accords négociés pour la saison 2019-20, et son dossier va être transmis à l'instance de jugement. Le dossier de l'Olympique de Marseille, accusé de ne pas respecter les règles du fair-play financier, a été transmis à l'instance de jugement du contrôle financier des clubs, a annoncé jeudi l'UEFA, ouvrant la porte à des sanctions. L'OM « ne s'est pas conformé aux conditions de l'accord négocié pour la saison 2019/2020  et l'enquêteur en chef de l'instance du contrôle financier a décidé de transmettre le dossier à l'instance de jugement », a indiqué l'UEFA dans un communiqué. Épinglé pour non-respect du fair-play financier, l'OM a signé un accord avec l'UEFA, par lequel le club est contraint de réduire ses dépenses pendant quatre saisons. Dans cet accord, qui court jusqu'à la saison 2022/2023, les Marseillais se sont engagés à afficher « un déficit maximum de trente millions d'euros » sur l'exercice clos en 2020, « zéro euro » en 2021 et enfin « de parvenir au plein respect du seuil de rentabilité » en 2023, avait précisé l'UEFA en juin dernier.
Le fair-play financier interdit à un club engagé en compétition européenne de dépenser plus que ce qu'il ne gagne et encadre étroitement les injections de capitaux de la part des propriétaires. Les sanctions peuvent aller du simple blâme jusqu'à l'exclusion des compétitions. Deuxième de L1, Marseille s'est également vu retirer un total de six millions d'euros sur les revenus éventuels de ses participations futures aux compétitions européennes (C1 et C3) : deux millions ferme et quatre millions d'euros conditionnés au respect par le club de ses engagements. Manchester City exclu des Coupes d'Europe : comment la foudre a fendu le ciel bleu Les Marseillais devront enfin limiter à 23 (contre 25 habituellement) le nombre de joueurs qu'ils pourraient inscrire en Coupe d'Europe lors de la saison 2020/2021. « Cette restriction sera levée pour les saisons 2021/22 et/ou 2022/23 si le club respecte les mesures opérationnelles et financières convenues », avait précisé l'UEFA en juin. André Villas-Boas en conférence de presse, le 20 février 2020 « On a un problème évident de ventes. La punition tombée sur City est une première alerte Questionné le mois dernier sur les garanties qu'il pouvait attendre, André Villas-Boas, l'entraîneur de l'OM avait répondu : « Ce n'est pas à moi de le dire, c'est à Jacques-Henri (Eyraud, président du club) et à Frank (McCourt, propriétaire) à la direction du club de plus ou moins savoir ce qu'il va se passer. Eux aussi attendaient le moment juste pour démarrer ce type de conversations. Avec cet écart, on peut commencer à regarder d'un autre oeil la saison prochaine, avant de conclure : on verra ce qu'il se passera avec le Tribunal arbitral du sport (TAS) et ses conséquences. Le club reste plus important que toutes les saisons prochaines, ça veut dire que la pérennité du club est la priorité. Malheureusement, il faut vendre des joueurs. Le plus important pour nous est de trouver le chemin et d'entendre de leur part où on va dans le futur. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi