Foot - Unai Emery : « Au PSG, Nasser al-Khelaïfi m'a protégé »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Revenant sur sa période compliquée à Arsenal, l'ancien entraîneur du PSG a glissé un hommage inattendu au président du club parisien Nasser al-Khelaïfi dans un entretien accordé au « Daily Mail » et au « Guardian ». Sans club depuis son départ d'Arsenal en novembre dernier, l'ancien manager des Gunners, Unai Emery, désormais installé à Valence, est revenu sur ses 18 mois passés en Premier League. Dans un entretien accordé au Daily Mail et au Guardian, il règle quelques comptes avec son ancien club... Emery : « A Paris, je pouvais devenir le meilleur entraîneur du monde » Le technicien espagnol confie que l'été dernier, il aurait préféré recruter Wilfried Zaha, déjà rompu aux joutes de Premier League avec Crystal Palace, que l'ancien Lillois Nicolas Pépé : « Pépé est un bon joueur mais il a besoin de temps. Quand j'étais là-bas, il ne m'a pas donné les performances (que j'attendais). J'étais plutôt favorable à faire venir quelqu'un qui connaissait bien le Championnat anglais, afin qu'il n'ait pas besoin d'une période d'adaptation. J'ai parlé à Wilfried Zaha (Crystal Palace). C'était le joueur que je voulais parce qu'il avait gagné beaucoup de matches à lui tout seul. [...] Il voulait venir mais le club a décidé que Pépé était plus jeune, qu'il était un joueur d'avenir. » Unai Emery est aussi revenu sur la relation conflictuelle qu'il a entretenue avec Mesut Özil : « J'ai fait de mon mieux pour aider Özil. Tout au long de ma carrière, des joueurs talentueux ont été mes protégés et ils ont joué à leur meilleur niveau ou presque avec moi. J'ai toujours été positif avec lui en ce qui concerne sa volonté de s'impliquer, mais l'attitude qu'il a adoptée et son niveau d'engagement, eh bien, ils n'étaient pas suffisants. Il aurait pu être l'un des capitaines mais le vestiaire ne le voulait pas. Son niveau d'engagement n'était pas celui de quelqu'un qui méritait d'être capitaine, et ce n'est pas ce que j'ai décidé, c'est ce que les joueurs ont décidé. » Au détour de l'entretien, Emery rend un hommage au président du PSG où ses 2 saisons (2016-2018) ne furent pourtant pas un long fleuve tranquille : « Dans chaque club où je suis passé, j'ai pratiquement toujours été protégé : Lorca, Almeria, Valence, PSG. À Séville, j'ai eu Monchi. Au PSG, Nasser al-Khelaifi m'a protégé dans le vestiaire et en public. À Arsenal, ils ne savaient pas le faire, peut-être parce qu'ils venaient de l'ère Wenger qui a tout fait. Ils disaient : "Nous sommes avec toi" mais devant les fans et le vestiaire, ils ne me protégeaient pas. La vérité est que je me sentais seul. Et les résultats m'ont obligé à partir. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi