Foot US - L'exubérant Rob Gronkowski, ancienne star du foot US, rejoint le monde du catch

L'Equipe.fr
L’Equipe

L'ancien joueur des Patriots de La Nouvelle-Angleterre, triple vainqueur du Super Bowl, a signé un contrat avec la WWE, le géant du catch, dont il anime ce week-end le grand show.Sur les terrains de NFL, ses paluches d'ours - 27 centimètres d'envergure, de quoi attraper le ballon comme si c'était une balle de tennis -, sa puissance athlétique (1,98 m, 120 kilos), sa science du jeu et sa relation privilégiée avec Tom Brady qui lui offrit tant de passes éblouissantes ont fait de Rob Gronkowski une légende du foot US. Trois Super Bowls remportés avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, son club de toujours (2010-2019), le titre honorifique de meilleur joueur de l'histoire à son poste (tight end).Avec sa célébration de touchdown, le « Gronk Spike » (balancer le ballon au sol le plus fort possible), devenue iconique, et son omniprésence sur les plateaux de talk-show, celui qui a pris sa retraite il y a un an s'est imposé comme un personnage ultra-médiatique. Gronk vit comme le héros d'une comédie US, le type enjoué et blagueur, faussement nigaud, qui organise des pool parties lors desquelles il descend les canettes de Bud en s'en mettant partout. Un roi du marketing, aussi, qui vend ses « Gronkflakes » (sa marque de céréales), ses donuts et ses boissons tonifiantes. Sports Illustrated le surnomma un jour « The Last Happy Guy » tant son énergie positive tranchait dans un milieu de gros durs aux visages fermés.Une reconversion qui n'a rien d'étonnantLe 20 mars, Gronk, 30 ans, a débuté sa nouvelle vie en restant fidèle à son personnage : il est entré en dansant n'importe comment sur un ring de la WWE, la principale fédération de catch américain. Fan de la discipline - il était déjà apparu lors d'un show en 2017 -, ami avec le catcheur Mojo Rawley, l'ex-footballeur a souvent évoqué cette reconversion qui n'a rien d'étonnant vu son gabarit et son exubérance.Ce week-end, il animera Wrestlemania, la grand-messe de la WWE, qui réunit d'habitude une centaine de milliers de spectateurs mais qui, cette année, a été enregistrée à huis clos, en raison du coronavirus. Ses blagues vont sans doute sonner bien creux mais elles appâteront les téléspectateurs (la WWE touche 800 millions de foyers à travers 180 pays).Les conditions du contrat entre le géant du catch et Gronk restent mystérieuses. Fera-t-il des apparitions furtives, à l'image de certaines grandes gueules du sport US (Mike Tyson, Dennis Rodman, Shaquille O'Neal) ou des combats réguliers, comme l'ex-star du MMA Ronda Rousey ? Problème, au cours de sa carrière en NFL, Gronkowski a collectionné les blessures : neuf opérations, une vingtaine de commotions cérébrales... En août, SummerSlam, un des principaux événements du circuit, aura lieu à Boston, la ville des Patriots, qui adore son ancien champion. Gronk a quelques mois pour convertir le monde du catch à la « Gronkmania ».

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi