Foot US - NFL - Grégory Ascher : « On ne peut pas me priver de ça »

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Fan de football américain, Grégory Ascher fera une nuit blanche pour commenter le Super Bowl dans la nuit de dimanche à lundi, sur la chaîne L'Équipe.

Grégory Ascher a toujours aimé le football américain. Et il n'a pas peur des nuits blanches. La preuve ? Il prendra l'antenne dans la nuit de dimanche à lundi, à partir de minuit, sur la chaîne L'Équipe pour commenter le Super Bowl, entre les Tampa Bay Buccaneers de Tom Brady et les Kansas City Chiefs de Patrick Mahomes, avant d'enchaîner sur la matinale à RTL 2, le Double Expresso.

« Y a-t-il de l'appréhension quand on s'apprête à commenter pour la première fois un événement mondial comme le Super Bowl ?
On est surexcités. Entre nous, on ne parle que de ça depuis deux mois, on est à fond. C'est génial de pouvoir faire partager une passion à des gens et presque un honneur d'avoir la possibilité de présenter l'événement sportif de l'année, hors JO ou Coupe du monde de foot.

Cette année, c'était un peu un saut dans l'inconnu de retransmettre la NFL. Le football américain, on sait que c'est spectaculaire, mais quand on ne connaît pas un sport, c'est difficile de s'y attacher. On est très heureux des résultats d'audience de la NFL sur L'Équipe.

Le foot US est assez complexe. Vous avez dû bosser beaucoup pour vous mettre à niveau ?
On est dessus sur la chaîne, depuis un mois, avec la dernière journée de saison régulière et chaque week-end de play-off.

Mais pour être tout à fait honnête, j'ai dû bosser les effectifs parce qu'il y a plus de 50 joueurs par équipe. Mais je suis vraiment beaucoup ce sport, que je le présente ou pas. J'ai un abonnement NFL Game pass. Et comme je me lève très tôt pour la radio (RTL2), je peux regarder les matches de nuit.

Une soirée de Super Bowl est assez différente d'un match de foot. Commenterez-vous un match ou présenterez-vous un événement ?
Peter (Anderson) et Anthony (Mahoungou), aux commentaires de l'action, seront vraiment dans le match. Moi, je serai dans un rôle de présentateur, de maître de cérémonie, où il faut accueillir à la fois les passionnés de ce sport mais aussi une grande partie de ceux qui vont nous regarder et qui n'ont pas tous les codes du football américain.

Il faut accueillir en plus tous ceux qui veulent regarder un divertissement, les publicités américaines, le show de la mi-temps et qui voudront dire : « J'ai vu le Super Bowl ». Le Super Bowl, c'est rassembleur. Je suis ravi de faire le lien entre tous ces gens.

Avec la radio, je suis dans la musique et sur la chaîne L'Équipe, dans le sport, donc je me sens très à l'aise de parler à la fois de musique et de mon sport préféré. La priorité, ça reste de regarder le match, mais on ne négligera absolument pas le côté entertainment.

On va revenir sur les grands shows du passé, les grandes publicités qui ont marqué l'histoire. L'idée est d'en faire une grande nuit américaine.

Que représente le Super Bowl pour vous, en tant que téléspectateur ?
Gamin, je le regardais sur Canal+ avec George Eddy et Philippe Chatenay. C'était tout nouveau. Je ne pouvais pas toujours le regarder en direct, mais j'étais fasciné.

Étudiant, c'est devenu un rendez-vous avec mes potes. Tous les ans, on se faisait une nuit américaine avec burgers, hot-dogs... Je me souviens du show de Michael Jackson à la mi-temps, en 1993. C'était incroyable, en plein milieu d'un match, de voir arriver le meilleur chanteur du moment.

Mais mon souvenir préféré, c'est la saison 2017 quand les Philadelphia Eagles ont remporté le Super Bowl (41-33 contre les New England Patriots). Je les supporte depuis plus de trente ans et ils n'en avaient jamais gagné un. Ça commençait un peu à sentir la lose. Je me souviens être resté hagard, fou de bonheur, sur mon canapé. »