Foot US - NFL - Les matches les plus froids de l'histoire de la NFL

·2 min de lecture

Minnesota et Green Bay, deux des équipes les plus septentrionales de la NFL, s'affrontent dimanche (19 heures, en direct sur la chaîne L'Équipe)... dans un stade couvert. Dommage. La NFL est riche de matches disputés sous des températures glaciales. Voici les trois matches les plus froids de son histoire.

Green Bay - Dallas (1967) : le « Ice Bowl »
C'est le match de la NFL où il a fait le plus froid. Le 31 décembre 1967, Green Bay et Dallas s'affrontent en finale. Le vainqueur jouera ensuite le Super Bowl contre le champion de l'AFL (les deux ligues n'avaient pas encore fusionné). Ce jour-là, la température moyenne est de -25 degrés Celsius et le terrain est complètement gelé. Mais le match est de qualité. Green Bay mène 14-0. Puis Dallas passe en tête (17-14). Les Packers s'imposent finalement 21-17, dans les dernières secondes, grâce à un touchdown de leur quarterback Bart Starr. Le match, baptisé « Ice Bowl », est aujourd'hui considéré comme un des plus grands jamais disputés en NFL.

Cincinnati - San Diego (1982) : le « Freezer Bowl »
Le 10 janvier 1982, en finale de la conférence Américaine, Cincinnati se défait de San Diego (27-7) et se qualifie pour le Super Bowl. Le match s'est joué par -22 degrés. San Diego est passé d'un extrême à l'autre, car, la semaine précédente, l'équipe californienne s'était qualifiée sur le terrain de Miami... Lors du match à Cincinnati, le refroidissement éolien était de -50 degrés (contre -44 lors du « Ice Bowl »), ce qui fait dire à certains que le « Freezer Bowl » est en fait le match le plus froid de l'histoire de la NFL. Forrest Gregg, qui entraînait Cincinnati, avait effectué la majeure partie de sa carrière de joueur à Green Bay. Il était sur le terrain lors du « Ice Bowl ».

Minnesota - Seattle (2016) : coup de froid et coup de pied manqué
Le troisième match le plus froid de l'histoire de la NFL n'a pas de joli petit nom. Il s'est disputé par -21 degrés, le 10 janvier 2016 au TCF Bank Stadium de Minneapolis, lors du premier tour des play-offs. Les Vikings jouaient dans cette enceinte, leur stade couvert étant alors en construction. La rencontre n'est pas forcément restée dans les mémoires pour sa météo polaire, mais plutôt pour son scénario. Minnesota a mené 9-0, avant que Seattle ne réagisse (10-9). À 20 secondes de la fin du match, Blair Walsh, le botteur des Vikings, a manqué le field goal de la qualification. Pourtant la distance à couvrir n'était que de 26 yards. Durant la rencontre, Walsh avait inscrit des field goals de 43 et 47 yards. Ça jette un froid.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles