Foot US - NFL - Quarterback sous pression, running backs performants... Chicago, l'art de la compensation

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Opposé ce dimanche aux Packers d'Aaron Rodgers (19h, en direct sur la chaîne L'Équipe), Chicago montre de nombreuses qualités depuis le début de la saison, malgré un quarterback rookie en phase d'apprentissage.

Un quarterback sous pression
Justin Fields avait sûrement rêvé d'un baptême un peu moins rude. Considéré comme l'un des plus gros potentiels au poste de quarterback, le rookie des Bears (22 ans), 11e choix de la dernière draft, connaît des débuts difficiles en NFL. Après seulement trois rencontres disputées intégralement, il cumule déjà 14 sacks, soit le quatrième plus gros total de la ligue. Pour son premier match en tant que titulaire, fin septembre, il avait été haché menu par les défenseurs de Cleveland, concédant neuf plaquages, et une défaite sèche, 26-6. Mais ses carences ne sont pas uniquement mises en lumière par les lignes défensives adverses. Justin Fields peine également à faire parler son bras droit, pourtant si efficace avec les Buckeyes d'Ohio State, qu'il avait emmenés jusqu'en finale du Championnat universitaire en 2021.

Au bilan des cinq premières rencontres de saison régulière, Chicago est ainsi la pire équipe à la passe, avec 566 yards gagnés dans les airs. À titre de comparaison, l'avant-dernier du classement, New Orleans, en totalise 847. Accablé par les statistiques, Fields ne dispose toutefois pas des meilleures conditions pour performer d'entrée. S'il n'a complété que 51 % de ses passes, c'est aussi parce que son escouade de receveurs manque de profondeur, et ne s'est pas encore mise au niveau. Le leader Allen Robinson II, qui a dépassé les 1000 yards lors des deux dernières saisons, est encore loin de ses standards habituels (180 yards).

La polyvalence offensive
Un quarterback en difficulté va très souvent de pair avec une équipe en perdition. Pourtant, les Bears affichent un bilan correct (3-2), comprenant notamment des victoires contre les Bengals (20-17) et les Raiders (20-9), résultat d'une véritable polyvalence offensive. Pour épauler Justin Fields, les running backs de Chicago ont pris les choses en main, inscrivant 5 des 8 touchdowns de l'équipe. David Montgomery, pour sa troisième saison professionnelle, est le grand artisan de ce jeu au sol performant, avec ses deux matches à plus de 100 yards. « Les joueurs et le staff sont en train de créer une nouvelle identité de jeu », s'enthousiasmait l'entraîneur principal Matt Nagy après le déplacement à Las Vegas.

Dans une NFL marquée par les kickers défaillants, Chicago a également la chance de compter un pied sûr. Alors que la ligue vient d'enregistrer un week-end record, avec 12 field goals manqués et autant de conversions de touchdown passées à côté des perches, Cairo Santos, lui, continue son sans-faute. Très fiable, le botteur des Bears a réussi ses 16 tentatives de la saison, assurant un gain de 30 points. En prenant en compte l'exercice précédent, sa série s'étend même à 34 field goals consécutifs, soit le record de l'équipe, proche de celui, toutes franchises confondues, détenu par Adam Vinatieri (44).

lire aussi
Le top 5 des meilleurs running backs de NFL

Une défense de fer
Défense réputée depuis plusieurs années, Chicago a entamé la saison 2021 sur des bases solides. Avec une moyenne de 20 points encaissés par match, les Bears occupent la 7e place du classement des défenses, et peuvent ainsi s'offrir des victoires sans inscrire plus de 25 points, plafond de verre actuel. Sous l'impulsion de Khalil Mack (30 ans), les joueurs de Matt Nagy imposent une forte pression sur le quarterback adverse, et comptent déjà 18 sacks. « Quand vous jouez contre Chicago, vous savez quel type de journée vous attend, s'est amusé Aaron Rodgers, qui mènera l'attaque des Packers dimanche. Ils ont toujours bien joué ensemble, je pense que c'est l'une des cinq meilleures défenses de la ligue. »

Aux côtés de Mack, star de la NFL au contrat bien juteux, les Bears alignent d'autres solides linebackers, dont Roquan Smith (50 plaquages, 5e total de la ligue) et Alec Ogletree (30 plaquages). Les sept de devant sont particulièrement efficaces dans les 20 derniers yards, avec seulement six touchdowns concédés dans la redzone. Pour espérer enchaîner une troisième victoire consécutive dimanche, mais aussi élever son niveau durablement, Chicago devra mettre à niveau son jeu à la passe, tout en conservant ses acquis défensifs. Le potentiel est là, mais l'adaptation peut prendre du temps.

lire aussi
Le classement complet du championnat

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles