Foot - Violences - Les syndicats d'arbitres et de joueurs satisfaits des mesures contre la violence

·2 min de lecture

Les mesures contre la violence dans les stades annoncées jeudi sont « adaptées » pour l'UNFP, le syndicat des joueurs professionnels, et reçues avec une « grande satisfaction » par le SAFE, celui des arbitres. Principaux concernés par les mesures contre la violence dans les stades annoncées jeudi, les joueurs comme les arbitres affichent leur « satisfaction ». Ce même mot revenait jeudi soir dans les communiqués respectifs de leurs représentants syndicaux, l'Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP) et le Syndicat des arbitres du football d'élite (SAFE). Des actions concrètes ont été annoncées jeudi par les autorités pour tenter de limiter la violence dans les stades. Avec notamment davantage de sévérité pour les fauteurs de troubles et l'arrêt systématique du match si un joueur ou un arbitre est blessé par un projectile. lire aussi Les sept mesures des autorités pour endiguer la violence dans les stades de foot en France Dans un communiqué titré « Des mesures adaptées », l'UNFP (93 % des joueurs pros en France) « prend note avec satisfaction des mesures annoncées pour lutter contre la violence » et souligne que « l'arrêt d'une rencontre dès qu'un acteur est victime [...] revêt une forte valeur symbolique » et « répond à la nécessaire sanctuarisation de l'aire de jeu ». Le syndicat des joueurs, qui salue aussi « la limitation à 30 minutes de la prise de décision quant à l'arrêt ou à la reprise d'une rencontre », « espère » que les mesures annoncées « ne devront toutefois pas être appliquées demain pour que le football, ce sport que nous aimons tous, reste une fête ». Communiqué du SAFE, le syndicat des arbitres « [Ces décisions] viennent rappeler à tous, si besoin en était, que nul ne peut chercher à intimider un arbitre, et que nul ne peut agresser un acteur du jeu » Le Syndicat des arbitres du football d'élite (SAFE, 100 des 105 arbitres de Ligue 1 et Ligue 2) englobe dans son commentaire« les décisions prises ces dernières heures, d'un côté par la commission de discipline de la Ligue, de l'autre par le gouvernement », référence à la suspension mercredi pour 5 matches fermes de Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, à la suite de ses propos envers l'arbitre du match Lyon-OM, arrêté le 21 novembre après un jet de bouteille sur Dimitri Payet, et aux annonces globales de jeudi. « [Ces décisions] viennent rappeler à tous, si besoin en était, que nul ne peut chercher à intimider un arbitre, et que nul ne peut agresser un acteur du jeu. » « Ces positions clarifient le processus de prise de décision en cas d'incidents dans les stades, poursuit le syndicat des arbitres (selon les annonces faites jeudi par l'Intérieur, c'est l'arbitre qui décidera, sauf s'il y a un risque grave pour l'ordre public, auquel cas le préfet prendra la main). C'est donc avec grande satisfaction que le SAFE et les arbitres qu'il représente en ont pris connaissance. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles