Foot - WTF - Une U16 de Lille et un U17 de Troyes co-vainqueurs du concours national d'éloquence des centres de formation

·1 min de lecture

Lou (LOSC) et Rudy (ESTAC) ont inscrit leur nom au palmarès du premier concours national d'éloquence des centres de formation des clubs professionnels, quelques jours après le triomphe de leurs clubs respectifs en Ligue 1 et Ligue 2. Lou Chiron Allard, milieu de terrain des U16 féminines du LOSC, et Rudy Kohon, défenseur central de l'ESTAC Troyes en U17, ont remporté le premier concours national d'éloquence des centres de formation des clubs professionnels dont la finale avait lieu mercredi après-midi au ministère des Sports à Paris. Ce match inédit, organisé par le Fondaction du football et Prométhée Éducation, intervient l'année où un « grand oral » est introduit pour la première fois parmi les épreuves du bac (17 juin-2 juillet). Et où les clubs des co-lauréats remportent - coïncidence - les Championnats de Ligue 1 et de Ligue 2.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lou, seule fille parmi les 11 qualifiés, et Rudy, le premier à passer devant un jury présidé par la ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu, ont gagné grâce à des prises de parole sur des thèmes très différents, le triomphe de la mort pour elle, la poésie des rappeurs pour lui. Le 3e prix a été attribué à Keylian Hamidou de l'OM. Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports « Cette initiative peut réellement changer l'image parfois stéréotypée qu'on se fait des sportifs » « J'ai été émue et impressionnée par la qualité et la profondeur des prestations des onze finalistes, a commenté Roxana Maracineanu dans ses remerciements. Leurs performances révèlent que les sportifs engagés dans un parcours de haut niveau ont aussi en eux une capacité extraordinaire à apprendre, travailler et très vite progresser dans d'autres domaines que sportif. » « Cette initiative mérite d'être dupliquée dans tous les centres de formation, de tous les sports, car elle peut réellement changer l'image parfois stéréotypée qu'on se fait des sportifs et montrer qu'au-delà du beau geste, ils sont aussi des citoyens qui ont des idées et savent les exprimer », a conclu la ministre. Avec éloquence.