Football : au Portugal, Belenenses-Benfica tourne au fiasco

·1 min de lecture
Le Belenenses a déclaré forfait au retour des vestiaires samedi soir. Il n'y avait plus que six joueurs aptes à jouer.
Le Belenenses a déclaré forfait au retour des vestiaires samedi soir. Il n'y avait plus que six joueurs aptes à jouer.

Du jamais-vu dans l?histoire du football. Samedi 27 novembre, le championnat portugais a été la risée du monde à cause d?un seul et unique match, renommé le match de la honte, par la presse nationale et internationale. Le Belenenses recevait le Benfica, l?un des trois cadors de la Liga portugaise. Mais seuls neuf joueurs (dont deux gardiens) figuraient sur la feuille de match, la faute au Covid-19. Quatorze joueurs de l?effectif professionnel ont été testés positifs, tout comme l?entraîneur et l?entraîneur adjoint. Le calvaire des 9 titulaires a pris fin juste après la mi-temps.

« C?était une honte de jouer ici ce soir », s?est emporté Rui Pedro Soares, président du Belenenses, après avoir rendu hommage à la dignité des « joueurs qui ont été contraints de jouer » samedi soir, lors d?une conférence de presse.

Outre les nombreux joueurs positifs, l?entraîneur et plusieurs membres du staff techniques manquaient à l?appel, ce qui a poussé Belenenses à titulariser plusieurs jeunes joueurs de la réserve, ainsi qu?un gardien de but repositionné comme joueur de champ improvisé.

Encaissant un but contre son camp dès la première minute, la modeste équipe lisboète a souffert en infériorité numérique face aux onze joueurs des « Aigles », qui menaient déjà 7-0 à la pause. Seuls sept joueurs de Belenenses sont revenus sur la pelouse après la pause et l?un d?entre eux est resté au sol à la reprise. Constatant sa blessure, l?arbitre a été contraint de siffler la fin anticipé [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles