Football : Bordeaux aurait besoin de 22 millions pour rester en Ligue 2

Le propriétaire des Girondins de Bordeaux Gérard Lopez a déclaré sur RMC avoir des offres de transfert dépassant les 22 millions d'euros.
Le propriétaire des Girondins de Bordeaux Gérard Lopez a déclaré sur RMC avoir des offres de transfert dépassant les 22 millions d'euros.

Tout n'est peut-être pas perdu pour les Girondins de Bordeaux. Après avoir encaissé une douloureuse relégation en Ligue 2, à cause d'une saison en Ligue 1 particulièrement médiocre, les Bordelais ont appris une encore pire mauvaise nouvelle : leur relégation administrative en National par la DNCG. Mais il reste encore un espoir de se sauver. Pour cela, il va falloir mettre beaucoup d'argent sur la table et les ventes de joueurs au mercato pourront sans doute aider. Selon le propriétaire Gérard Lopez, les Girondins de Bordeaux ont besoin de 22 millions d'euros pour rester en Ligue 2.

Dans un entretien accordé à RMC où il a reconnu avoir « remis la main à la poche » – à hauteur de 10 millions d'euros de fonds propres – pour couvrir une partie du déficit de 40 millions d'euros, Lopez a estimé à 22 millions d'euros la somme à trouver pour éviter une relégation en National. Cet argent « viendrait des ventes de joueurs », a-t-il expliqué. « On a des offres écrites qui dépassent les 22 millions d'euros. Elles concernent des joueurs qui étaient en sélections. On est certain de les faire, on a donné des garanties à la DNCG » lors du premier passage le 14 juin dernier. Une nouvelle audition devant l'instance est prévue début juillet.

À LIRE AUSSILe tacle du lundi – Girondins de Bordeaux : une sacrée piquette !

De l'argent grâce à Tchouaméni et Koundé ?

Toujours en quête d'un accord avec ses créanciers, les fonds King Street et Fortress qui détiennent la dette du club et [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles