Football : un cheikh crée la polémique avec des arbitres féminines

LePoint.fr, Le Point.fr
·1 min de lecture
Le président de la Fifa Gianni Infantino, au moment de la remise des médailles lors de la finale de la Coupe du monde des clubs, le 12 février 2021, à Doha.
Le président de la Fifa Gianni Infantino, au moment de la remise des médailles lors de la finale de la Coupe du monde des clubs, le 12 février 2021, à Doha.

C'est une scène qui n'a pas manqué de susciter une vague d'indignation sur les réseaux sociaux. Vendredi 12 février, quelques minutes après la victoire du Bayern Munich en finale de la Coupe du monde des clubs face aux Tigres de Monterrey (1-0), à Doha, le cheikh Joaan bin Hamad Al Thani s'est fait remarquer en ne tapant pas sa main contre la main des femmes arbitres du match, au contraire de leurs homologues masculins. Comme le souligneLe Figaro, le président de la Fifa Gianni Infantino a semblé glisser des instructions aux arbitres féminines au moment où celles-ci s'apprêtaient à monter sur le podium de remise des médailles, pour qu'elles n'aient pas de contact avec le prince qatari.

Sur les images, qui ont été fortement relayées sur les réseaux sociaux, on voit en effet qu'Edina Alves Batista, première arbitre féminine principale à prendre en charge un match de la Coupe du monde des clubs, et Neuza Back, arbitre de touche, passent devant le membre de la famille royale qatari sans lui adresser de regard et poursuivent leur chemin, médaille à la main. Les droits de l'homme et la condition de la femme sont régulièrement dénoncés au Qatar, pays organisateur de la prochaine Coupe du monde de football, en 2022. Cette polémique ne manque pas de faire tache pour la Fifa et Gianni Infantino, qui ont fait de la promotion de l'arbitrage féminin une priorité au cours de cette Coupe du monde des clubs.