Football : Corinne Diacre face au gang des Lyonnaises

Par Thibaut Geffrotin
·1 min de lecture
La sélectionneuse Corinne Diacre, lors du match de qualification à l'Euro 2021 France-Serbie, le 9 novembre 2019.
La sélectionneuse Corinne Diacre, lors du match de qualification à l'Euro 2021 France-Serbie, le 9 novembre 2019.

À la question : « Auriez-vous sélectionné Amandine Henry si elle n'avait pas été blessée ? », Corinne Diacre, la patronne des Bleues depuis trois ans et demi, n'a pas répondu. Ce nouveau tour de passe-passe constaté lors de la dernière conférence de presse au siège de la FFF illustre le malaise, toujours présent, malgré la réunion du 28 novembre qui avait réuni les joueuses et l'état-major de l'équipe de France. Menée par les championnes de l'OL, les Bleues reprochaient à leur coach son management cassant, son manque de psychologie ou encore la mauvaise ambiance qui règne à Clairefontaine.

« C'est du passé », balaye Diacre d'un revers de main. Tout porte pourtant à croire que le lien est toujours rompu entre l'une des meilleures joueuses des Bleues et la sélectionneuse. « Toutes les barrières peuvent tomber quand on a un objectif commun, analyse Aline Riera, consultante sur Canal+. Mais je crois qu'entre Corinne et Amandine, une limite a été dépassée. Je ne vois pas comment ce manque de confiance pourrait s'apaiser ni comment elles pourraient repartir sur des bases saines. »

L'impasse

Pour percevoir l'ampleur de l'impasse Diacre-Henry, on peut transposer cette situation à celle de l'équipe de France masculine : ne pas sélectionner Amandine Henry (93 sélections, 6 Ligues des champions), c'est comme si on ne convoquait plus, sans raisons sportives évidentes, du jour au lendemain, Antoine Griezmann ou Hugo Lloris. La milieu de terrain avait été écartée de la sél [...] Lire la suite