Football : « Les derbys n'existent pas en France »

Propos recueillis par Julien Rebucci
·1 min de lecture
Denis Bouanga (ASSE) et Houssem Aouar  (OL) se disputent la balle lors d'un « derby » ASSE-OL, le 6 septembre 2019.
Denis Bouanga (ASSE) et Houssem Aouar (OL) se disputent la balle lors d'un « derby » ASSE-OL, le 6 septembre 2019.

Dimanche 8 novembre, à 21 heures, l'Olympique lyonnais reçoit l'AS Saint-Étienne à l'occasion de la 10e journée de championnat de France de Ligue 1. Les deux villes étant séparées par une cinquantaine de kilomètres, ce match est décrit comme un derby par la presse sportive et les diffuseurs du football hexagonal. Les deux clubs n'appartiennent pourtant pas à la même municipalité ni au même département. D'où cette question : quelle est la source de leur rivalité ? Et, plus généralement, qu'est-ce qu'un « derby » ? Nice affronte ce même week-end Monaco ? Éclairages avec Sébastien Louis, spécialiste du supportérisme radical et auteur du livre Ultras, les autres protagonistes du football (éditions Mare et Martin).

Le Point : En quoi ce match OL-ASSE est-il un rendez-vous particulier pour les supporteurs des deux équipes ?

Sébastien Louis : Ce match représente le « derby » en France. Il y a d'autres rivalités régionales importantes, bien entendu, de Metz-Nancy à Lille-Lens, sans oublier Montpellier-Nîmes? Nombre de supporteurs français d'autres équipes vont suivre cette rencontre avec intérêt. Cette ferveur est, de plus, bien alimentée par les médias, et parfois par les deux équipes, notamment les dirigeants lyonnais ces dernières années.

Pourtant, ces deux clubs n'appartiennent pas à la même ville? Sur quoi leur rivalité repose-t-elle donc ?

Les derbys n'existent pas en France au sens propre du terme, c'est-à-dire opposant deux clubs d'une même ville. Car ce terme [...] Lire la suite