Football - Domenech : Ribéry, "je l'aurais volontiers accroché au plafond"

Mercredi, Raymond Domenech sort son livre "Tout seul", où il relate ses années à la tête de l’équipe de France. Certains, comme Franck Ribéry, en prennent pour leur grade. Extraits.

Dans le livre de Raymond Domenech, certains sont épargnés, voire même loués par l’ancien sélectionneur : ils s’appellent Lilian Thuram ("Je l'ai remercié pour sa droiture et assuré de mon admiration et de mon respect") ou Claude Makelele, "un homme et un joueur comme tous les coaches en rêvent", voire encore Zinédine Zidane, dont "l'autorité du leader s'avérait incontestable". Peu d'autres trouvent grâce aux yeux de l’ancien Lyonnais. En tout cas, pas Franck Ribéry, que l’ancien sélectionneur dépeint sous un jour peu favorable. Une "diva susceptible" qui "pourrissait le groupe". Comme lors de cet épisode de septembre 2009 quand Raymond Domenech va vers le joueur du Bayern Munich et se fait remballer : "Quand j'ai voulu le remercier, il m'a envoyé paître en retirant son bras: Ne me touchez pas ! Tout Ribéry qu'il était, je l'aurais volontiers accroché au plafond."

Le désamour entre les deux hommes ne s’est pas arrêté là et s’est accentué avec l’émergence d’un certain Yoann Gourcuff. Avant France – Uruguay, en ouverture du Mondial, le sélectionneur d’alors fait sa causerie, se tourne vers le Bordelais et lui dit : "Je t'ai donné les clés, à toi de jouer!. Le pire à ce moment précis est le regard de Franck Ribéry: J'ai vu dans ses yeux la haine, le mépris ou la jalousie. Il ne l'aime pas c'est certain." Un peu plus tard dans la compétition : "Un joueur cadre de l'Euro 2008 m'avait prévenu au sujet de Ribéry et moi je lui ai donné les clés ! Quel con je suis…" Ce joueur-cadre, qui est-il ? Lilian Thuram ? On ne sait pas. Mais ce dernier avait prévenu Domenech bien avant le drame de Knysna. Avant France - Italie, à l’Euro 2008, le recordman des sélections en équipe de France aura ces mots : "Il y a des petits cons, entendez-moi bien, coach, des petits cons."

Gourcuff, "j'avais envie de lui mettre des gifles" 

Durant l’Euro 2008, Franck Ribéry n’avait pas fait parler de lui. Samir Nasri, oui. "Samir Nasri symbolise cette dérive des joueurs ne pensant qu'à leur gueule, écrit Raymond Domenech dans "Tout seul", qui paraitra mercredi. Au sein d'un groupe, il vient toujours appuyer là où ça fait mal et révèle la faille au lieu de la colmater (...) et dans sa position de meneur de jeu, il fait seulement illusion."

Constat pas bien plus glorieux concernant Karim Benzema, l’autre fleuron de la génération 87 qu’il avait emmené à l’Euro 2008 également. "Il a la morgue d'un grand joueur sans en être encore un. (…) Heureusement pour lui, Benzema, talent exceptionnel, a su se remettre en cause lorsque José Mourinho est devenu coach du Real. Karim sera un grand joueur tant qu'il restera dans la compétition, stimulé par la concurrence."

Si Yoann Gourcuff n’est pas à ranger dans le camp des accusés à proprement parler, Raymond Domenech a quelques reproches à faire au milieu de terrain, à qui il aurait bien eu "envie de mettre des gifles avec son air de garçon candide, de pauvre petit malheureux à qui on veut du mal, un meneur c'est un guerrier, pas un suiveur, réveille-toi Yoann." Autre extrait, juste après France – Mexique, la veille de l’exclusion de Nicolas Anelka. "Quand Ribéry et d'autres avaient tué la séance parce que Gourcuff se trouvait dans leur équipe: (Gourcuff) n'a rien vu, il a subi et je me suis dit qu'il restait dans son monde des bisounours".

Raymond Domenech : “Tout seul”, sortie mercredi 21 novembre – Editions Flammarion (400 pages)

Lire aussi
FANTASY LFP - Le Fantasy officiel de la Ligue 1 débarque sur Yahoo Sport - Jouez maintenant