Le football français pleure Michel Hidalgo, emblématique sélectionneur de la génération Platini

Loisy, Guillaume
Sport24
/ Panoramic
/ Panoramic

L'ancien sélectionneur de l'équipe de France s'est éteint jeudi à l'âge de 87 ans.

Le football français a perdu l’une de ses légendes, son premier «Père la Victoire». Michel Hidalgo, emblématique sélectionneur de l’équipe de France, est décédé ce jeudi à l’âge de 87 ans. Ancien milieu de terrain du Stade de Reims et de Monaco, le Nordiste avait pris les rênes des Bleus en 1976, jusqu’en 1984. Sous sa houlette, Michel Platini et ses partenaires avaient atteint les demi-finales de la Coupe du monde 1982 avant de remporter, deux ans plus tard, le premier titre majeur de l'histoire du football français, l’Euro 84 disputé à domicile.

«Michel Hidalgo laisse un héritage considérable à l'équipe de France. Sa vision et son travail vibrent encore aujourd'hui dans tous les matches de notre équipe nationale. Michel, comme sélectionneur, a porté l'équipe de France au sommet de son art, en faisant avec détermination le choix du beau jeu et en permettant à chacun d'entre nous d'exprimer toutes nos qualités et nos talents individuels», salue Michel Platini.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Finale européenne face au Real Madrid en 1956

Devenu joueur professionnel au Havre en 1952, Michel Hidalgo rejoint le Stade de Reims deux plus tard. Au pays du champagne, il devient champion de France (1955) puis dispute un an plus tard la finale de la Coupe des Clubs Champions, perdue par les Rémois face au grand Real Madrid de Di Stefano (3-4). Avec Monaco, il remportera deux nouveaux titres de champion de France (1961, 1963). C’est comme joueur de l’ASM qu’il dispute en 1962 son unique match avec l’équipe (...) Lire la suite sur sport24.com

Michel Platini et la France du foot rendent hommage à Michel Hidalgo

Henri Emile : «Michel Hidalgo était mon ami et mon maître»

Maxime Bossis au Figaro : «Pour notre génération, Michel Hidalgo était un guide»

Des Bleuets dans l'attente après le report des JO

Inscrivez-vous à la newsletter de Sport24

À lire aussi