Un footballeur doit-il forcément garder ses nerfs ?

·1 min de lecture

Péter les plombs ou garder son calme ? Telle est la question que se posent bon nombre de footballeurs chaque week-end. Face aux insultes, aux projectiles et provocations en tout genre, les sportifs professionnels se sont construits une carapace hermétique. Pas le droit de bouger le moindre petit doigt. Y prêter attention, c'est déjà admettre une petite fêlure dans son bunker émotionnel. Ce week-end à Nice, Dimitri Payet a carrément sorti la mitrailleuse à émotions en renvoyant violemment des bouteilles de là où elles étaient venues : des tribunes. " Ça peut ressembler à la dernière phase du burn-out. En l'occurrence, une des dernières phases du burn-out, c'est le côté cynique, de craquer et de ne plus considérer les gens autour de soi ", analyse Mélissa Pangny, psychologue du travail.

Chaque semaine, les footballeurs sont donc exposés…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles