Formule 1 : Avant Verstappen, ces consignes qui ont fait scandale en F1

Dimanche, à l'occasion du Grand Prix du Brésil, Max Verstappen a créé la polémique en refusant de céder sa place à Sergio Pérez qui lutte contre Charles Leclerc pour le titre de vice-champion du monde. Une consigne d'équipe refusée par le double champion du monde qui s'ajoute à une longue liste. Le 10 Sport vous propose de découvrir les consignes d'équipes qui ont grandement fait parler dans l'histoire de la F1.

Ce week-end à Interlagos, Red Bull a défrayé la chronique. En effet, alors que Max Verstappen est déjà assuré de devenir double champion du monde, et que l'écurie autrichienne a acté le titre constructeurs, Sergio Pérez est toujours en course pour devenir vice-champion du monde. Ainsi, dimanche, Red Bull a fait passer la consigne à Max Verstappen de laisser passer son coéquipier afin qu'il glane un point supplémentaire. Consigne ignorée par le Néerlandais. « Je vous l’ai déjà dit la dernière fois les gars, ne me redemandez pas ça, d’accord. Sommes-nous clairs là-dessus ? J’ai donné mes raisons et je m’y tiens », s'est justifié Verstappen après avoir franchi la ligne d'arrivée. « Cela montre qui il est vraiment », a quant à lui lâché Sergio Pérez. Mais ce n'est pas la première fois que des consignes d'équipes font scandale en Formule 1.

2002 : Schumacher, la victoire de la honte

Le 12 mai 2002, Ferrari se présente en Autriche avec une situation claire. Michael Schumacher a remporté quatre des cinq premières courses de la saison et possède respectivement 21 et 23 points d'avance…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com