Formule 1 - Valtteri Bottas signe une pole d'anthologie à Bahreïn

Sarah Frise

En signant le record absolu du circuit de Sakhir, le Finlandais a décroché la première pole de sa carrière.

En Australie et en Chine, Valtteri Bottas était apparu en retrait par rapport à son champion du monde de coéquipier. Une aubaine pour Lewis Hamilton, chahuté par Nico Rosberg l’année dernière. Mais le Finlandais n’aura eu besoin que de trois courses pour mettre la pression à son voisin de garage. Et de quelle manière…

Une première retentissante pour Bottas

Sur le circuit de Sakhir, le pilote Mercedes a laissé à son coéquipier les honneurs lors des deux premières parties de la séance qualificative. Pour mieux surgir en Q3. Pour son premier tour rapide, Bottas est ainsi le premier à passer sous la barre symbolique de la minute 29 sur le tracé bahreïni en 1’28”844. Dans la foulée, Lewis Hamilton rappelle qui est le patron en faisant mieux pour 52 millièmes. Mais en fin de séance, le Finlandais signe le tour parfait. Au passage des drapeaux à damiers, le chrono, 1’28”769. Si le Britannique améliore, ce n’est pas suffisant pour prétendre à la pole position. Pour la première pole de sa carrière, Bottas accomplit donc un coup de maître, qu’il devra convertir en course dimanche.

Ferrari et Red Bull se partagent les places de choix

Derrière cette lutte interne chez Mercedes (ça nous rappelle quelque chose, pas vous ?), Ferrari et Red Bull ont eu tout loisir de s’expliquer pour les places d’honneur. Alors que le Cheval cabré était un ton au-dessus lors des deux premières courses de la saison, le Taureau Ailé a progressé et a décidé de se mêler aux réjouissances. En piste ce samedi, si Max Verstappen s’est montré le plus rapide lors des EL3 le matin, il a été le grand perdant de cette bataille à quatre. Seulement 6e sur la grille, le Néerlandais a vu son coéquipier s’intercaler entre les monoplaces rouges de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen.

Samedi faste pour les Français

Cocorico pour nos Frenchies. Si Esteban Ocon ne s’est pas sorti de la Q2, signant le 14e temps, Romain Grosjean et les deux Renault sont parvenues à se hisser dans le top 10. L’écurie tricolore, qui avait annoncé cet hiver viser le Top 5 au classement constructeur, a démontré qu’elle avait le potentiel de ses ambitions. En Q3, Nico Hülkenberg a signé un 7e temps prometteur, alors que Jolyon Palmer s’élancera de la 10e place. Pour sa part, Romain Grosjean a hissé sa Haas en 9e position, devancé au tableau des chronos par un Felipe Massa, à qui décidément, la non-retraite réussit bien !

Alonso trahi par son moteur… ENCORE !

Les courses se suivent et se ressemblent du côté de McLaren. Stoffel Vandoorne n’a pas réussi à se qualifier pour la Q2. Dix-septième, il a expliqué, au micro de Canal +, qu’il était impossible de faire mieux ce samedi en piste. Du côté d’Alonso, on pouvait espérer mieux. Présent en Q2, l’Espagnol a par le passé démontré qu’il était capable de tirer énormément d’une monoplace clairement pas au niveau. Lorsqu’à cinq minutes de la fin de la séance, on l’a vu sortir de son stand, combinaison ouverte, alors qu’il n’avait aucun chrono à son actif, on a vite suspecté son moteur d’être à l’origine de cet abandon. Un soupçon bien vite confirmé par le double champion du monde. Interrogé en zone de presse, Alonso a révélé que son moteur avait lâché. “Il a tout simplement explosé.” Etonnant pour un bloc Honda, non ?

Le résultat complet de la qualification : 


En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages