Frédéric Soyez, entraîneur de l'équipe de France de hockey sur gazon: « On les a trop respectés »

Frédéric Soyez (archive) (M. Champerret/Presse Sports)

Frédéric Soyez, l'entraîneur des Bleus commente l'entrée en lice de son équipe en Coupe du monde de hockey à Bhubaneswar (Inde) où les Français ont été sévèrement battus vendredi par les Australiens 8 à 0.

Vous perdez lourdement pourtant vous avez bien entamé le match notamment le premier quart temps, avec des occasions et plutôt de bonnes statistiques comment l'expliquez-vous ?
Ça se joue à des détails sur la première mi-temps. On fait une erreur de placement, on se fait transpercer au milieu là où l'on avait demandé de resserrer le jeu. Une erreur qui nous coûte cher même si on a plutôt bien défendus. Puis en 2e mi-temps, on joue à dix, on prend deux buts. Dans nos rotations, quand Victor (Charlet) était dehors, on perd en stabilité défensive.

Et eux se sont montrés cliniques...
Oui ils sont hyper efficaces. On est jeunes encore, on n'est pas roublards, on s'est fait un peu marcher dessus, on les a trop respectés. Alors on a eu des bons moments et des moins bons moments.

Vous payez durement vos temps faibles...
Oui c'est ça. Mais il y a une réalité : physiquement les Australiens sont plus forts que nous, ils sont plus rapides et techniquement, ils font beaucoup moins d'erreurs. C'est une équipe qui est rôdée, qui a de l'expérience. 80% de cette équipe étaient finalistes aux JO à Tokyo il y a un an et demi. Il y a un gros travail derrière, ils sont parmi les favoris ici en Inde. Alors le résultat est dur. Maintenant, il faut qu'on oublie et que l'on se concentre sur notre compétition à nous, c'est-à-dire les matchs de poule qui arrivent d'abord contre l'Afrique du sud puis l'Argentine. Même si aujourd'hui le score est vraiment dur...

Vous avez mis en place une nouvelle défense. Quelle leçon faut-il en tirer ?
La stratégie était bonne mais c'est un problème de consistance, d'agressivité. On les a trop respectés, trop laissé passer devant. On avait demandé d'être actifs or on a aussi un peu failli individuellement et eux, à chaque fois qu'ils ont eu des occasions, ils les ont mises. Nos stats ne sont pas ridicules, on a eu des entrées dans le cercle (19 pour la France, et 19 pour l'Australie), des tirs au but (4), je pense qu'on a autant de PC (penalty corner) qu'eux (6 pour l'Australie et 5 pour la France). C'est frustrant. Mais on savait que ca pouvait se passer.