France 2023 : l'inspection du travail saisie par le ministère des Sports

Claude Atcher, le directeur de France 2023. (F. Faugère/L'Équipe)

Après la publication dans « L'Équipe », mercredi, d'une enquête sur le climat de travail au sein du Comité d'organisation de la Coupe du monde 2023, le ministère des Sports a saisi l'inspection du travail. Dans le même temps, la FFR a annoncé l'ouverture d'une enquête interne.

Quelques heures après la publication de notre enquête sur le climat de terreur régnant au sein du Comité d'organisation de la Coupe du monde 2023, dirigé par Claude Atcher, le ministère des Sports a décidé mercredi de saisir l'inspection du travail sur « des éléments préoccupants » liés au « climat social » au sein du comité d'organisation de la Coupe du monde 2023.

La ministre des Sports et des Jeux Olympiques, Amélie Oudéa-Castéra, a également saisi « le comité d'éthique du Groupement d'Intérêt Public » de la Coupe du monde, a ajouté son ministère dans un communiqué.

Dans le même temps, la Fédération française de rugby a annoncé mercredi soir l'ouverture d'une enquête interne. La FFR a ainsi décidé « avec le directeur de France 2023 (Claude Atcher) de convoquer le Comité Social et Économique afin que soit diligentée dans les meilleurs délais, une enquête sociale ».

L'Équipe a révélé ce mercredi les conditions de travail déplorables au sein du Groupement d'intérêt public (GIP) France 2023, en plein coeur de Paris. Le malaise social y est profond, à un peu plus d'un an de la Coupe du monde (8 septembre - 28 octobre 2023).

lire aussi

Claude Atcher, patron de la Coupe du monde 2023 en France, renvoyé en correctionnelle

lire aussi

France 2023 : où est la médecine du travail ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles