France-Australie : Giroud, « The Walking Dead »… Toutes les fois où il est sorti de sa tombe pour nous faire mentir

FOOTBALL - Mille fois enterré et mille et une fois de retour, Olivier Giroud est un spécimen rare dans l’histoire de l’équipe de France, dont il est devenu le meilleur buteur de l’histoire à égalité avec Thierry Henry

De notre envoyé spécial à Doha,

Le barbu à la coiffure impeccable et au timbre de voix posé nous pousse à un cas de conscience. Après son doublé face à l’Australie mardi soir, Olivier Giroud est un peu plus entré dans l’histoire du football français en égalant le record de Thierry Henry et ses 51 pions en Bleu. C’est vrai quoi, comment parvenir à se renouveler quand on aborde le cas du numéro 9 de l’équipe de France, passé de paria à héros en l’espace d’à peine six mois ? On laissera la comparaison avec le Phénix, cet oiseau mythique symbolisant la renaissance et l’immortalité dans la tradition grecque, à l’Intelligentsia de nos confrères du Monde (on blague bien sûr, on les adore) et osons le parallèle avec de la culture un brin plus populaire. Au hasard, The Walking Dead.

Avouez qu’en y regardant de plus près, Giroud a quelque chose de ces morts-vivants apparus sur nos écrans il y a onze ans de cela. C’était en 2011, la même année où le buteur de l’AC Milan a été appelé pour la première fois en sélection. Tiens, tiens… Arrivé sur la pointe des pieds sous l’ère Laurent Blanc, celui qui faisait alors les beaux jours de Montpellier a toujours connu une histoire plus ou moins compliquée a(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Coupe du monde 2022 : Les Bleus font la nique au signe indien et lancent parfaitement leur aventure
Coupe du monde 2022 : Le rebond ou la fin, Didier Deschamps joue une partie de son héritage au Qatar
Coupe du monde 2022 : Upamecano et Konaté titulaires, Deschamps taquin… Le journal des Bleus
Coupe du monde 2022 : « On a quand même été servis depuis 98 »… Pourquoi il faut dédramatiser en cas d’échec des Bleus
Coupe du monde 2022 : Le vent se lève et Karim s’en va… Le journal des Bleus