France-Belgique : trois ans après, la hache de guerre est-elle enterrée ?

·1 min de lecture
Antoine Griezmann et Kevin De Bruyne lors de la demi-finale de Coupe du monde.
Antoine Griezmann et Kevin De Bruyne lors de la demi-finale de Coupe du monde.

Le 10 juillet 2018 à Saint-Pétersbourg, Samuel Umtiti envoyait la France en finale de la Coupe du monde grâce à un coup de tête rageur et éliminait par la même occasion la Belgique, frustrée de ce résultat. Ce jeudi, pour les retrouvailles entre les deux sélections à l?occasion de la phase finale de la Ligue des nations, le défenseur du FC Barcelone ne sera pas là. Cependant, son souvenir perdure toujours et à travers lui, une certaine animosité des deux côtés : les Français ont trouvé que les Belges étaient mauvais perdants avec le fameux « seum » attribué à Thibaut Courtois et Eden Hazard. En face, les Belges estiment que l?arrogance française était alors à son apogée. Existe-t-il un juste milieu dans cette rivalité sportive naissante ?

Depuis trois ans et trois mois, les deux équipes n?ont plus croisé le fer, se défiant à distance avec tout de même un destin commun : des éliminations décevantes lors du dernier Euro. Le milieu Axel Witsel a récemment expliqué que cette amertume avait quasiment disparu depuis le Mondial russe. « On ne pourra pas changer ce qui s?est passé en 2018. De toute façon, chaque fois que l?on rencontre la France, c?est assez spécial. Cela l?était encore plus en 2018. Mais on n?est pas obnubilé par ce passé », a indiqué le joueur de Dortmund, surtout déterminé dans la quête d?un premier trophée majeur de l?histoire du football belge.

Du point de vue de Florent Malice, journaliste belge pour Walfoot, cette ranc?ur est surtout alimenté [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles