France-Espagne, 20 ans d'une rivalité historique

La finale de l'Euro entre la France et l'Espagne dimanche est le retour d'un grand classique du basket. Si les Espagnols ont souvent brisé les rêves français, les Tricolores ont aussi obtenu quelques revanches savoureuses. Retour sur 20 ans de rivalité.

Euro 2005 : La première médaille de la bande à Parker (victoire 98-68)

En 2005, après plusieurs désillusions en 1991 (défaite pour le bronze à l'Euro) et 1999 (défaite en demi-finale du Championnat d'Europe en France), les Bleus se présentent au match pour la troisième place encore groggy. En demi-finale, ils ont été éliminés par la Grèce, alors qu'ils menaient de 7 points à une minute du terme, sur un trois points assassin de Diamantidis. Les Français retrouvent ainsi la Roja, elle-même sortie au bout du suspens par l'Allemagne. Les Tricolores digéreront bien mieux leur déception pour écraser leur voisin (98-68) et remporter leur première médaille européenne depuis... 1959 !

Euro 2009 : Le début de la malédiction espagnole (défaite 68-88)

La rencontre débute presque lors du dernier match de poule, entre la France et la Grèce, dont le vainqueur affrontera l'Espagne qui passe un peu à côté de sa compétition. Mais malgré les performances moyennes des Ibériques, personne ne souhaite réellement les défier. Les Bleus s'imposent finalement et sont en confiance (six victoires en six matchs). Problème : plus grand est l'espoir, plus dure est la chute. Les Français sont laminés 68-88. Comme le confiera Nicolas Batum, ce match lancera la rivalité des années suivantes avec nos voisins pyrénéens.

Euro 2011 : Tournoi réussi mais médaille d'or envolée (défaite 85-98)

Après leur exploit inutile en phase de poule du Mondial 2010 (victoire 72-66 sans Parker), la rencontre devient un classique des compétitions internationales. À l'Euro 2011, Français et Espagnols se retrouvent encore deux fois. Dans un match sans réel enjeu au deuxième tour, les Bleus sont humiliés (96-69). Puis ils sortent les Grecs et les Russes pour affronter... l'Espagne en finale. Les Tricolores s'inclinent (85-98), sans démériter, malgré un grand Parker (26 points), face à une Roja au sommet de son art.

Jeux Olympiques 2012 : Défaite rageante et tension maximale

En quarts de finale du tournoi olympique, la France fait de nouveau face à l'Espagne pour la quatrième fois en autant de grandes compétitions. Battus deux fois en poule, les Ibères ne semblent pas très sereins dans ces JO et, pour la première fois depuis 2005 dans un match couperet, les Bleus font jeu égal.

En tête de trois points à la pause (37-34), le match se décide dans les derniers instants. En panne de réussite, les Tricolores cèdent et laissent échapper leur frustration via Ronny Turiaf puis Nicolas Batum qui assène un violent coup à Juan Carlos Navarro. En interview d'après-match, le Français reproche à la Roja d'avoir volontairement perdu son dernier match de poule pour éviter les USA en demi-finales. interrogé sur son geste, il lâche : « Et faire exprès de perdre un match, c'est dans l'esprit olympique, ça ? Je voulais lui donner une bonne raison de plonger ».

Défaite 59-66

Euro 2013 : Le néant puis la magnifique révolte

Le rendez-vous devient annuel entre deux des nations dominantes du basket européen à cette époque. En toute logique, elles se retrouvent en demi-finales. Menés de 13 points à la pause et inoffensifs (20-34), les Bleus vont se révolter en deuxième période dans le sillage du légendaire discours de Tony Parker à la mi-temps. Le meneur des Spurs prend feu (32 points) et permet aux Français d'arracher la prolongation. Sur leur lancée, les Tricolores ne vont cette fois pas craquer pour s'offrir leur plus belle victoire face à leur voisin (75-72) . Ils finiront le travail en finale contre la Lituanie pour décrocher leur première médaille d'or internationale.

Victoire 75-72 a.p.

Mondiaux 2014 : Le chef-d'oeuvre en Espagne

En quarts de finale de la compétition, l'habituelle confrontation Franco-Espagnole a lieu. Chez elle, avec une équipe au grand complet, la Roja veut laver l'affront de l'Euro 2013. Les Ibères viennent d'écraser en phase de groupe une équipe de France privée de Tony Parker (64-88) et arrivent en pleine confiance quelques jours plus tard. Crispés, ils vont pourtant subir la défense française dans le dernier quart-temps (23-9) et sa domination aux rebonds (50 à 29). Les Bleus triomphent 65-52 et obtiendront le bronze après une défaite en demi-finales contre la Serbie. Leur première médaille en Championnats du monde.

Victoire 65-52

Euro 2015 : La terrible revanche

Neuvième confrontation en six ans dans les grandes compétitions. La France accueille cet Euro chez elle et souhaite conserver son titre comme l'avait fait... l'Espagne (2009, 2011). Dans un stade Pierre Mauroy chauffé à blanc, les Bleus pensent avoir fait le plus dur en menant de neuf points dans le dernier quart-temps (61-52). Mais portés par un Pau Gasol irrésistible (40 points, 11 rebonds), la Roja revient. Même si les Français arrachent la prolongation, la Roja prive l'équipe de France de sa finale à domicile (75-80) pour la dernière de Tony Parker dans un Euro. « On veut faire fermer les bouches des Français », avait déclaré le pivot espagnol avant la rencontre. Mission accomplie...

Défaite 75-80 a.p.

Jeux Olympiques 2016 : La claque et une sortie par la petite porte

Dernière compétition internationale pour une génération (Parker, Gelabale, Pietrus). La France rêve alors d'offrir à son meneur NBA une sortie en apothéose sur une breloque olympique. Mais comme en 2012, les espoirs bleus vont se fracasser sur le rocher ibérique. Comme à l'Euro 2013, ils sont menés de 13 points à la pause. Mais cette fois, il n'y aura pas la même révolte. Les Bleus subissant une lourde défaite (92-67) face à un grand Nikola Mirotic (23 points). Tony Parker, qui aura offert quelques-unes de plus belles pages du basket français, quitte la scène internationale par la petite porte.

Défaite 67-92

Après cette rivalité exacerbée dans les années 2010, la France a attedu cinq ans avant d'affronter de nouveau les Ibères. C'était en match amical, pour un bilan de deux défaites l'année passée (77-86 et 79-87).

lire aussi

Le tableau du Championnat d'Europe de basket 2022