La France en finale de la Ligue des nations contre les Etats-Unis

La France en finale de la Ligue des nations contre les Etats-Unis

Les Bleus ont nettement dominé l'Italie en demi-finales de la Ligue des nations (25-22, 25-20, 25-15). Ils seront opposés aux Etats-Unis dimanche (21h00).

Une immense joie, mais surtout un bel hommage au commentateur Xavier Richefort, mort la veille. T-shirt noir, un « Xavier » immaculé imprimé sur le torse, les Bleus ont posé, un genou à terre pour la moitié, et fêté dans une émouvante sobriété l'écrasant succès obtenu samedi soir à Bologne, face à l'Italie, en demi-finale de la Ligue des nations (25-22, 25-20, 25-15).

lire aussi

Les Bleus sous le charme de Giani

Face à des locaux poussés par quelque 11 000 spectateurs présents, l'équipe de France a donné une leçon de volley samedi soir. En dépit d'une longue mise en route, notamment expliquée par plusieurs fautes directes au service, les hommes d'Andrea Giani, sélectionneur italien des Bleus très chaleureusement accueilli par la foule sur place, ont régalé.

Décrocher l'or pour Richefort

Le tournant de la partie est peut-être venu lorsqu'Earvin N'Gapeth - apte après avoir été privé du quart de finale contre le Japon (cheville) - et les siens ont inversé la tendance de la partie en fin de premier set. Après le temps mort pris à 18-20, les Français ont pris le contrôle du match, pour dominer dans tous les secteurs du jeu. Après le gain du premier set (25-20), ils n'ont plus douté. « On savait qu'ils allaient commencer dur, sur l'adrénaline, il fallait tenir le début de match, racontait ensuite N'Gapeth sur la chaîne L'Equipe. On a mis notre jeu en place. On les a surpassés aujourd'hui (samedi) et quand on y met le sourire en plus, on sait que ça fait mal à l'adversaire. »

Cela s'est d'autant plus vu dans le troisième acte, que les Bleus ont abordé tambour battant : 4-1, 7-2 puis 11-4. Une balade maîtrisée, qui au bout d'un score fleuve (25-15) les envoyait vers un alléchant rendez-vous face aux Etats-Unis - également faciles contres la Pologne (3 sets à 0) - en finale, dimanche (21h, en direct sur la chaîne L'Equipe). Avec, toujours dans un coin de la tête, l'envie de poursuivre l'hommage à celui qui pour la plupart d'entre eux a été leur voix du volley. « Nous avions à coeur de gagner pour Xavier, glissait N'Gapeth. Il n'aurait pas voulu nous voir entrer sur le terrain abattus et tristes. On veut aller chercher la médaille demain pour lui et ses proches. » Si elle est aussi irrésistible que ce soir, l'équipe de France a de grandes chances de parvenir à ses fins.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles