France: la Nupes dans la tourmente après des cas de violences faites aux femmes

En moins d'une semaine, deux figures majeures de la Nupes se sont mises en retrait d’une partie de leurs fonctions politiques en raison d'affaires de violences faites aux femmes. Ces affaires ont créé le malaise au sein de l’union de la gauche, et en particulier dans les rangs de la France insoumise.

La polémique a enflé soudainement dimanche quand Jean-Luc Mélenchon a tweeté son soutien à Adrien Quatennens, qualifiant sa mise en retrait suite à une main courante déposée par sa femme, de « digne » et « courageuse » et lui renouvelant « sa confiance ».

Une sortie qui a suscité un déferlement de critiques notamment de la part des mouvements féministes, mais aussi stupeur et colère dans les rangs insoumis. Une proche du leader insoumis confie à RFI avoir cru que le chef de la France insoumise avait envoyé un tweet « incomplet », tant la formulation, sans un mot pour la femme d'Adrien Quatennens, victime dans l'affaire, lui avait semblé incongrue et choquante. Il a fallu plusieurs heures et une multitude de messages et d'appels outrés pour que Jean-Luc Mélenchon cite l'épouse de son lieutenant, a minima, reconnaissant qu'il n'était pas « indifférent » à sa situation.

► À lire aussi: Affaire Adrien Quatennens: «J'attends qu'il démissionne de son poste de député»


Lire la suite sur RFI