La France prévoit de commander 130 blindés pour remplacer ceux cédés à l’Ukraine

SYLVAIN THOMAS / AFP

Le ministère des Armées va remplacer des chars légers AMX-10 et véhicules de l’avant blindé (VAB) partis en Ukraine, par des Jaguar et des Griffon.

GUERRE EN UKRAINE - Rééquilibrer la balance. Le ministère français des Armées prévoit de commander 130 blindés supplémentaires -38 Jaguar et 92 Griffon- pour remplacer les chars légers AMX-10 et véhicules de l’avant blindé (VAB) cédés à l’Ukraine.

Dans un amendement au projet de loi de programmation militaire (LPM) 2024-2030 déposé avant l’examen du texte en séance à l’Assemblée nationale, le gouvernement prévoit d’ici 2030 d’avoir en parc 238 Jaguar, des engins blindés de reconnaissance et de combat dotés d’un canon de 40 mm, contre 200 prévus dans une première mouture du texte.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

De même, il table dorénavant sur un total de 1 437 blindés Griffon en 2030, contre 1 345 prévus initialement.

Fin 2023, il est prévu que l’armée ait 60 Jaguar et 575 Griffon.

« Pour ne pas peser sur le format des armées, le gouvernement financera hors ressources budgétaires de la LPM le recomplètement de matériels plus anciens cédés à l’Ukraine », précise le gouvernement dans l’exposé de cet amendement.

413,3 milliards d’euros de ressources pour les armées entre 2024 et 2030

La France a donné depuis janvier plusieurs dizaines - elle se refuse à en préciser le nombre exact - de blindés AMX-10, des engins de reconnaissance équipés d’un canon, et de VAB de transport de troupes.

Le remplacement de ces blindés anciens, qui commençaient à être progressivement retirés du service, ne se fait pas sur la base d’un ratio d’un pour un, a-t-on affirmé dans l’entourage du ministre des Armées Sébastien Lecornu.

Il s’agit d’un « remplacement par des capacités équivalentes pour préserver le format des armées afin de répondre aux contrats opérationnels », selon cette source.

« Le rythme de livraison de ces blindés supplémentaires se fera avec le souci de limiter les pics de charge des industriels concernés et en cohérence avec la livraison des équipements annexes (telles que les infrastructures) », précise le gouvernement dans l’exposé expliquant son amendement.

Le projet de loi de programmation militaire prévoit 413,3 milliards d’euros de ressources pour les armées entre 2024 et 2030. Pour porter l’effort dans certains domaines clés, le gouvernement a prévu d’étaler la livraison de nombreux matériels. Le parc final de 300 Jaguar et de 1 818 Griffon est dorénavant prévu en 2035, contre 2030 prévus par la précédente LPM.

VIDÉO-Ukraine : au cœur des entraînements pour préparer la contre-offensive