Frances Tiafoe qualifié pour sa première demi-finale de Grand Chelem : « C'est dingue »

Frances Tiafoe qualifié pour sa première demi-finale de Grand Chelem : « C'est dingue »

Frances Tiafoe, tombeur de Rafael Nadal au tour précédent, était heureux d'avoir pu confirmer en battant Andrey Rublev en quarts de finale de l'US Open mercredi soir.

« Vous avez battu Nadal et là vous confirmez en vous qualifiant pour les demies, ça fait quoi ?
C'est dingue, c'est fou. Avoir signé la plus belle victoire de ma vie il y a 48 heures, revenir et avoir une nouvelle grosse victoire contre Andrey (Rublev) qui est un sacré joueur, c'est un sacré pas en avant. C'est difficile de tourner la page mais je l'ai fait et maintenant je suis en demi-finales. C'était une très bonne performance. J'ai bien joué, j'ai bien servi. J'ai été vraiment agressif. C'était une performance assez propre, il n'y a pas grand-chose à retirer. Je me suis senti plus à l'aise aujourd'hui en sortant du court que quand j'ai joué contre Rafa. Je me sentais bien et ça s'est vu dans ma performance.

lire aussi

Tiafoe a fait un long chemin

Vous avez réussi un jeu décisif incroyable dans le deuxième set (7-0)...
Le meilleur que j'ai jamais joué (rires). Il n'y avait pas de break. Je me suis dit que c'était vraiment un moment important. Je n'avais pas d'attentes à part le gagner. Sur le premier point, je me suis dit que j'allais frapper mon service aussi fort que possible sur le T et les choses ont commencé à se mettre en place et tout m'a réussi. C'était presque risible, impossible à inventer.

Vous semblez particulièrement apprécier de jouer devant ce genre de stade et avec ce genre d'ambiance, vous savez d'où ça vient ?
Je ne peux pas vraiment mettre le doigt sur l'origine de ce sentiment. J'aime simplement jouer devant un stade plein. J'ai l'impression que c'est pour ça qu'on s'entraîne dur, pour montrer au monde ce qu'on peut faire. Il ne faut pas avoir peur du spectacle. J'aime sentir que les gens apprécient mes efforts, voir combien de personnes je peux avoir derrière moi. Je veux juste entrer sur le court et essayer de donner au public ce qu'il veut, la victoire. »

lire aussi

Le tableau messieurs de l'US Open