Francesco Bagnaia champion du monde de MotoGP après sa 9e place à Valence, Fabio Quartararo 4e

Bagnaia est titré pour la première fois en MotoGP. (P. Morano/Reuters)

Francesco Bagnaia (Ducati) a été sacré champion du monde de MotoGP après avoir fini 9e du Grand Prix de Valence dimanche. Fabio Quartararo (Yamaha), qui devait s'imposer pour espérer conserver son titre, a pris la 4e place. Alex Rins (Suzuki) a gagné la course.

Fabio Quartararo (Yamaha) avait annoncé avant le départ qu'il allait tout donner et se battre comme un guerrier pour essayer de conserver son titre. Cela signifiait s'imposer à Valence pour la dernière course de la saison, et espérer une énorme contre-performance, voire une chute, de son rival et leader du Championnat, Francesco Bagnaia (Ducati).


lire aussi

Le film de la course

Pour la chute, ce n'est pas passé loin, car les deux adversaires se sont retrouvé face à face lors des deux premiers tours, alors que le Français était 4e sur la grille et l'Italien 8e. Pendant plusieurs dizaines de secondes, ce fut très chaud entre les deux hommes. Un contact a même eu lieu, et un élément aéro de la Ducati s'est détaché et s'est envolé. Quartararo a fini par prendre l'avantage, mais ce duel lui a fait perdre près de deux secondes sur le quatuor de tête, constitué d'Alex Rins (Suzuki), Jorge Martin (Ducati), Marc Marquez (Honda) et Jack Miller (Ducati).


Quartararo à l'attaque, Bagnaia très prudent

Sous les yeux de Valentino Rossi et Fernando Alonso, le champion en titre n'a pourtant pas lâché prise face à l'immense défi devant lui. À l'attaque, il s'est peu à peu rapproché des leaders, emmenant dans son sillage un flamboyant Brad Binder (KTM). La chute de Marquez au 10e tour lui a permis de passer 4e, mais le Sud-Africain l'a dépassé au 18e tour. Miller est également tombé, à 4 tours de l'arrivée, et Quartararo prend donc la 4e place finale. C'est insuffisant pour rester champion du monde.


lire aussi

Le classement de la course

Loin derrière le Français, Bagnaia a lui hésité entre prudence et apathie. Clairement fébrile et conscient de l'enjeu, l'Italien a vu plusieurs pilotes le dépasser, sans réellement se battre : Binder, Joan Mir (Suzuki), Miguel Oliveira (KTM), Luca Marini (Ducati) et Enea Bastianini (Ducati). Il a dégringolé au classement, jusqu'à la 9e place, mais il savait que tant que Quartararo n'était pas leader, il n'était pas réellement en danger. Cette dernière course étrange ne remet néanmoins pas en cause sa magnifique saison (7 victoires, 5 poles, 265 points).


lire aussi

Le classement du Championnat