Franck Haise, entraîneur de Lens : « L'important, c'est qu'on trace notre route »

L'entraîneur du RC Lens Franck Haise ne veut pas se préoccuper du classement et de ses concurrents directs, alors que l'équipe artésienne est sur le podium de la L1.

« Pouvez-vous nous parler de Troyes, votre adversaire de vendredi ?
Ils ont eu un début compliqué, mais en l'espace d'une semaine, ils ont changé la donne, repris beaucoup de confiance. Ils sont allés gagner à Angers en marquant trois buts (3-1), ont gagné à Monaco en en marquant 4 (4-2). Et là, ils ont tenu en échec Rennes (1-1) malgré l'expulsion précoce d'un de leurs défenseurs centraux. Ils ont en plus de très bons joueurs. C'est une équipe très dangereuse car capable d'ouvrir un peu d'espaces, d'aspirer l'adversaire et aussi de faire très mal sur situation de transition. Aussi très habile sur phases arrêtées. Équipe à prendre très au sérieux, d'autant que ce regain de confiance est un vrai booster.

« Ce qui compte, c'est une forme d'équilibre, de ne pas surjouer, ne pas en rajouter »

Comment faire pour entretenir la spirale positive autour de votre équipe ?
Quand on est dans bonne spirale, ou parfois dans une moins bonne, ce qui compte, c'est une forme d'équilibre, de ne pas surjouer, ne pas en rajouter, en enlever, que les joueurs aient quelque chose d'assez stable en face d'eux, pour qu'eux aussi soient le plus stable possible. Cela fait partie de mon rôle, celui du staff. On est sur un chemin, on doit y rester. Je crois beaucoup en cette stabilité. On n'a pas changé de chose particulière, on n'a pas rajouté des rendez-vous avec la psy ou des séances de yoga, on est au même niveau que d'habitude.

lire aussi

Calendrier/Résultats

Est-ce que c'est le moment de prendre des points, pendant que les concurrents jouent deux matches par semaine avec la Coupe d'Europe ?
Je ne m'en occupe pas trop, même si je connais les calendriers. L'important, c'est qu'on trace notre route, qu'on garde cette stabilité dans l'entraînement, cet investissement, cet engagement de tous, en essayant de garder le plus de joueurs focus. Notamment ceux qui jouent un peu moins, pour qu'à l'entraînement ils soient toujours présents et que quand on fera appel à eux, 5, 10 minutes ou plus, ils répondent présents. Quand on a fait un bon match et pris des points, on peut regarder les autres tranquillement.

Vous en êtes à cheval sur les deux saisons, à 14 matches sans défaite. Cela dit beaucoup de vos ressources...
C'est quelque chose sur lequel on est. La première chose, c'est qu'on aime gagner, et quand on ne peut pas, on cherche à refuser la défaite. Dans ces 14 matches, il y en a 4 où on a joué en infériorité numérique. Et certains, on les a complètement retournés, ça veut dire quelque chose. »

lire aussi

Toute l'actu de la L1

Saïd et Machado absents contre Troyes, Fofana et Buksa postulent