Tran To Nga porte le procès de "l'agent orange" de la guerre du Vietnam devant un tribunal français : "Elle est seule contre les industriels de l'agrochimie"

Etienne Monin
·1 min de lecture

Le tribunal judiciaire d’Evry examine à partir de lundi la plainte cette Franco-Vietnamienne de 78 ans contre des multinationales agrochimiques pour avoir fourni "l'agent orange" à l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam.

Un procès historique s'ouvre lundi 25 janvier devant le tribunal judiciaire d’Evry. Tran To Nga, une Franco-Vietnamienne de 78 ans, attaque 14 géants de l'industrie agrochimique, parmi lesquels Bayer-Monsanto, responsables de la production d’un puissant herbicide, "l’agent orange", qui a été repandu pendant dix ans par l’armée américaine sur le centre et le sud du Vietnam pendant la guerre.

>> Ecocide : comment l'"agent orange" a donné naissance à un concept juridique qui fait débat depuis un demi-siècle

La vielle dame se déplace lentement. Mais derrière cette apparence fragile, cette grand-mère de bientôt 80 ans, qui vit en France depuis 1992, a montré toute sa vie qu’elle avait l'âme d’une d’une combattante. "Au Vietnam, on a un proverbe : 'Quand l'ennemi souille notre territoire, chacun, et même la femme devient combattant'. Dans ce sens, je suis toujours combattante", dit-elle. Pendant la guerre du Vietnam, Tran To Nga vit durant des années dans le maquis. Elle dit qu’elle couvre le conflit comme journaliste. Et elle devient dès 1966 l’une des nombreuses victimes présumées des épandages.

"On transmet ce poison à nos enfants"

Pour détruire les ressources et les caches des combattants vietnamiens, les Américains répandent "l’agent orange". Cet herbicide continent de la dioxine à haute dose, un produit hautement toxique. Il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

Ce contenu pourrait également vous intéresser :