Frapper en premier lors des tirs au but, ça ne marche plus en Coupe du monde

L'arrêt de Livakovic sur le premier tir au but du Japon. (P. Lahalle/L'Équipe)

Face à la Croatie, le Japon est devenu la septième équipe de rang à perdre la séance de tirs au but en Coupe du monde après avoir tiré en premier.

Sans hésiter, d'un geste de la main, Maya Yoshida a montré son propre maillot. Langage de signes entre le capitaine japonais et l'arbitre américano-marocain Ismail Elfath pour indiquer que, le toss gagné, le Japon choisissait de commencer la séance de tirs au but face à la Croatie. Yoshida avait-il en tête que l'équipe qui tire la première a un avantage ? Une étude datant de 2009 menée par deux chercheurs espagnols avait en tout cas affirmé qu'ouvrir la séance donnait 60 % de chances de l'emporter.

L'histoire des « pénos » en Coupe du monde a longtemps donné à ce chiffre des allures de vérité. Selon nos calculs, avant la Coupe du monde 2018, la nation qui inaugurait la séance s'était imposée dans 57,7 % des cas.

L'équipe qui rate son premier tir a environ 80 % de chances de perdreMais le vent a tourné au fil des éditions. Comme l'a indiqué Opta après la défaite des Japonais face aux Croates (1-1 a.p., 3-1 aux t.a.b.), les sept dernières équipes à avoir tiré en première au Mondial ont toutes été éliminées. Dans l'ordre : le Costa Rica et les Pays-Bas en 2014 ; l'Espagne, le Danemark, la Colombie et la Russie en 2018 ; et le Japon, donc, en 2022. Désormais, après cette série, ce sont les équipes qui ont tiré le deuxième « péno » qui s'en sortent le mieux (54,5 % de succès).

Après ce « mauvais » choix de Yoshida, le Japon a eu le malheur de rater le premier penalty, par son numéro 10 Minamino. Sur ce point, les chiffres sont sans appel : l'équipe qui rate son premier tir a environ 80 % de chances de perdre. Cela faisait beaucoup trop d'éléments statistiques contre les Japonais. Qui avaient en plus le malheur d'affronter une nation spécialiste de l'exercice des tirs au but : la Croatie avait remporté les deux séances de son histoire, en 2018, face au Danemark et à la Russie. À chaque fois en étant la deuxième à tirer.

lire aussi : Livakovic, héros de la séance de tirs au but